Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Maduro

    Le Venezuela appelle l’OPEP à stabiliser les cours du pétrole

    © REUTERS / Carlos Garcia Rawlins
    International
    URL courte
    2183
    S'abonner

    Le président vénézuélien dénonce une guerre économique menée contre son pays.

    Le président vénézuélien Nicolas Maduro
    © REUTERS / Miraflores Palace/Handout via Reuters
    Le président vénézuélien Nicolas Maduro adressera aux pays membres de l'OPEP des propositions concernant la stabilisation des prix du pétrole, a-t-il déclaré vendredi, sans pour autant donner plus de détails.

    "Ceux qui produisent du pétrole doivent contrôler les marchés et stabiliser les prix", a indiqué le chef d'Etat.

    Le dirigeant vénézuélien, en visite au bloc Carabobo dans la région de l'Orénoque, a affirmé que le pétrole était à l'origine de la guerre économique en cours contre son pays, déchaînée par certains Etats.

    "Les maîtres du monde veulent qu'il leur appartienne, mais le pétrole n'appartient qu'au peuple vénézuélien, et ce sera toujours ainsi", a souligné M. Maduro.

    Selon lui, les gisements de la ceinture de l'Orénoque recèlent les plus grandes réserves mondiales de pétrole, 81 milliards de barils. "Ce pétrole, jusqu'à la dernière goutte, appartiendra au Venezuela ou à personne", a-t-il martelé.

    Mardi, la Russie, l'Arabie saoudite, le Qatar et le Venezuela ont convenu de maintenir en 2016 la production moyenne de pétrole au niveau de janvier si d'autres producteurs se joignent à cette initiative. Plus tard, le ministre vénézuélien du Pétrole a fait savoir que cette décision avait été soutenue par l'Equateur, l'Algérie, le Nigéria et l'Oman. Le Koweït l'a également acceptée.

    Lire aussi:

    L'Arabie saoudite refuse de réduire sa production de pétrole
    Venezuela: Maduro décrète l'état d'urgence économique
    Cours du pétrole: accord imminent entre l'OPEP et les pays non membres
    L'Iran consent au gel de la production de pétrole
    Tags:
    pétrole, OPEP, Nicolas Maduro, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik