Ecoutez Radio Sputnik
    Madrid, la capitale espagnole

    Espagne: un gouvernement provisoire qui s’éternise

    © Flickr/ Saxon Bosworth
    International
    URL courte
    270

    64 jours après les élections législatives en Espagne, le gouvernement reste toujours "provisoire". Il s'agit d'un nouveau record: en 1996, José Maria Aznar n'avait été investi premier ministre qu'au bout de 63 jours.

    L'Espagne a établi dimanche un nouveau record de durée d’un gouvernement provisoire, le pays n'ayant pas de gouvernement officiellement nommé depuis 64 jours, annoncent le médis occidentaux.

    Le parlement espagnol devrait discuter de la candidature du leader du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) Pedro Sanchez le 2 mars avant de la soumettre au vote le 3 mars. Le rapport des forces au parlement fait que M.Sanchez ne pourra pas obtenir, lors d'un premier vote, la majorité absolue pour devenir premier ministre. Lors d'un deuxième scrutin, qui se déroulera 48 heures plus tard, selon la loi, il lui suffira d'obtenir une majorité simple.

    Actuellement, Pedro Sanchez poursuit les négociations avec les différents partis politiques afin d’obtenir leur soutien. Mais si les négociations avec le parti centriste Ciudadanos (Citoyens) sont pratiquement achevées en sa faveur, le parti de gauche Podemos, qui est théoriquement prêt à le soutenir, se montre réticent. Le leader de Podemos, Pablo Iglesias a soumis un programme sur la base duquel il s'est déclaré prêt à faire partie du gouvernement de M.Sanchez. Un des points de ce programme exige la tenue d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne, ce qui est catégoriquement rejeté par le PSOE.

    Le Parti Populaire (droite), qui est arrivé en tête des législatives et dispose de 119 sièges au parlement, a plusieurs fois annoncé qu'il ne soutiendrait pas la candidature de Sanchez. Son leader, le premier ministre par intérim Mariano Rajoy, a confirmé samedi qu'en cas d'échec du leader des socialistes, il était prêt à tenter de former son propre gouvernement, en proposant aux socialistes et aux "Citoyens" de former une large coalition avec le Parti Populaire.

    Lire aussi:

    Les conservateurs remportent les législatives en Espagne
    Elections en Espagne, vers la fin du bipartisme ?
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    L’armateur du pétrolier japonais infirme la version US sur l’incident en mer d’Oman
    Tags:
    gouvernement, Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), Parti populaire d'Espagne (PP), Podemos, Pedro Sanchez, Pablo Iglesias, Mariano Rajoy, Espagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik