Ecoutez Radio Sputnik
    David Cameron

    Le statut spécial du Royaume-Uni, un coup dur pour l’UE?

    © REUTERS / Yves Herman
    International
    URL courte
    17273
    S'abonner

    Le premier ministre britannique David Cameron a manipulé les pays de l'Union européenne, pris par la "peur d'un référendum" afin de forcer les Vingt-Huit à accepter ses conditions, estime l'économiste Gregor Irwin.

    La fait que le Royaume-Uni reste au sein de l'Union européenne sous certaines conditions pourrait créer un précèdent pour d'autres pays européens, mécontents des conditions de leur adhésion à l'UE, a déclaré l'économiste de la société de conseil Global Counsel Gregor Irwin dans un article à The Economist.

    L'accord conclu vendredi 19 février et garantissant un "statut spécial" au Royaume-Uni au sein des Vingt-Huit est favorable à Londres. Dans le même temps, il met en danger l'Union européenne, estime l'expert, et ceci, dans trois domaines:

    Les finances

    Le fait que Londres ait réaffirmé qu'elle n'adhérerait jamais à la zone euro risque de créer des tensions entre les pays qui font partie de la zone euro et ceux qui ne le font pas. L'accord de Bruxelles contribuera à renforcer l'idée que l'Union européenne est une union multi monétaire.

    "Cela pourrait faire le jeu des pays qui envisagent de sortir de la zone euro", estime M.Irwin.

    La souveraineté et les migrants

    Selon l'accord conclu entre Londres et l'UE, cette dernière garantit la souveraineté du Royaume-Uni au sein de l'Union. D'ores et déjà, il s'agit d'un coup porté à la législation européenne, chaque pays au sein des Vingt-Huit pouvant désormais se prononcer contre toute intégration d'ordre politique. Actuellement, ce sont la France et la Pologne qui se préoccupent le plus de cette question.

    Le droit obtenu par Londres de limiter le soutien aux migrants de l'UE résidant au Royaume-Uni pourrait aussi semer la discorde au sein des Vingt-Huit.

    La peur d'un référendum

    D'après M.Irwin, d'autres pays pourraient, eux aussi, se mettre à faire chanter l'UE en brandissant l'arme du référendum. Le premier ministre britannique David Cameron a annoncé la tenue d'un référendum dans le pays afin d'imposer ses conditions à l'UE. "C'est un jeu hasardeux, et il difficile de savoir s'il en vaut la chandelle". Il (David Cameron — ndlr) a joué sur la "peur d'un référendum" pour forcer l'Union européenne à accepter ses conditions", estime l'économiste.

    Ainsi, le chef du gouvernement britannique a montré aux autres pays comment on pouvait manipuler l'UE. "Cela pourrait être pris en considération par les gouvernements des autres pays eurosceptiques", a conclu l'expert.

    L'accord conclu vendredi soir à Bruxelles, lors d'un Conseil européen, garantit explicitement à Londres une exemption concernant l'objectif d'une "Union sans cesse plus étroite", offre des concessions importantes sur les prestations sociales versées aux travailleurs européens installés dans le pays et préserve les avantages de la City. Cet accord vise à persuader les Britanniques de rester dans l'Union européenne, David Cameron ayant promis de faire campagne contre le Brexit "de tout son cœur et de toute son âme".

    Lire aussi:

    "Brexit": Cameron dit avoir obtenu le soutien du Parlement européen
    "Brexit": des progrès "mais il y a encore beaucoup à faire"
    To Brexit, or not to Brexit?
    Brexit: un acteur clé annonce les risques concernés
    Tags:
    Union européenne (UE), David Cameron, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik