International
URL courte
10362
S'abonner

Les autorités syriennes exigent que le Conseil de sécurité prenne des mesures contre les sponsors du terrorisme, notamment l’Arabie saoudite et le Qatar.

Les autorités syriennes ont appelé le Conseil de sécurité de l'Onu et Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, à condamner le double attentat survenu à Homs, qualifié de tentative de miner les efforts diplomatiques déployés afin de trouver une solution politique à la crise.

Au moins 46 personnes ont été tuées et 115 blessées dimanche dans un double attentat à la voiture piégée dans le quartier d'Az-Zahra à Homs, dans l'ouest de la Syrie.

​"Le gouvernement syrien demande au Conseil de sécurité de l'Onu et au secrétaire général de condamner fermement et immédiatement ces attaques terroristes et exige du Conseil qu'il remplisse ses obligations en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationale, et prenne des mesures répressives contre les sponsors du terrorisme, notamment l'Arabie saoudite et le Qatar", stipule la déclaration diffusée par le ministère syrien des Affaires étrangères.

Les explosions ont été qualifiées par Damas de "réponse turco-saoudienne" à la révélation du rôle de ces pays dans l'alimentation de la crise syrienne. 

"L'attentat représente une tentative de ruiner les efforts déployés en vue de trouver une solution diplomatique", observe le document.

La ville de Homs est essentiellement contrôlée par l'armée syrienne et est régulièrement le théâtre d'attentats à la bombe. Le quartier d'al-Zahra a été particulièrement touché par de nombreux attentats. Le mois dernier, un double attentat suicide revendiqué par Daech y a fait 22 morts.

Lire aussi:

Syrie: série d'explosions dans un quartier chiite de Damas
Assad: "les Etats-Unis tuent des civils en Syrie"
Un accord sur la Syrie conclu à Genève
Syrie: un documentaire français livre enfin un nouveau regard sur l’opposition "modérée"
Tags:
financement, terrorisme, ONU, Homs, Arabie Saoudite, Turquie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook