International
URL courte
1260
S'abonner

La base militaire de Hmeymim en Syrie a inauguré un centre de coordination qui fonctionne déjà, vient de déclarer le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

"Conformément aux modalités russo-américaines d'une cessation des hostilités en Syrie présentées le 22 février, un centre de coordination a ouvert sur la base militaire syrienne de Hmeymim et a déjà lancé ses travaux, destiné à concilier les parties en conflit, en tant que mécanisme de contrôle de cessez-le-feu", a rapporté M.Konachenkov.

Selon lui, les principaux objectifs du centre consistent à encourager le processus des pourparlers sur une trêve entre les autorités syriennes et l'opposition, sauf Daech, le Front al-Nosra et d'autres groupes qualifiés de terroristes par le Conseil de sécurité de l'Onu, ainsi qu'à conclure des accords sur un cessez-le-feu et à organiser la livraison de l'aide humanitaire.

Les représentants des groupes hostiles au président en Syrie, ayant décidé de rendre les armes et de commencer les négociations de paix, pourront 24 heures sur 24 s'adresser au centre de coordination, signale le porte-parole. Tous les demandeurs recevront l'aide maximale concernant l'établissement de contacts avec des représentants du gouvernement syrien.

Les Etats-Unis et la Russie ont présenté lundi les modalités d'une cessation des hostilités en Syrie, proposant que celle-ci entre en vigueur samedi 27 février. Ce plan de règlement du conflit concerne tous les groupes qui acceptent ses modalités sauf les terroristes de l'Etat islamique et du Front al-Nosra.

Moscou et Washington se sont en outre engagés à créer une ligne directe pour échanger des informations sur la situation en Syrie ainsi qu'à mettre en place un groupe de travail spécial.

Lire aussi:

Poutine promet de poursuivre les frappes contre Daech en Syrie
Assad annonce des élections législatives en Syrie
En Syrie, l’ingérence des USA tourne à la mascarade
Tags:
cessez-le-feu, coordination, crise syrienne, Igor Konachenkov, Hmeimim, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook