Ecoutez Radio Sputnik
    Comment l'expansion des investissements chinois terrorise Washington

    Comment l'expansion des investissements chinois terrorise Washington

    © AP Photo / Ng Han Guan
    International
    URL courte
    11442
    S'abonner

    Les entreprises chinoises achètent davantage d'actifs à l'étranger, en particulier, elles acquièrent plusieurs sociétés américaines, ce qui terrorise les autorités américaines.

    Plus d'une centaine de transactions d'acquisition d'entreprises étrangères par des sociétés chinoises, totalisant 81,6 milliards de dollars, sont prévues pour 2016. Pour comparaison, en 2015, il y a eu environ 70 transactions de ce genre, pour un montant de 11 milliards de dollars.

    Cette politique économique chinoise agressive suscite une grande inquiétude pour Washington, rapporte le site Web d'informations économiques américain Business Insider.

    L'activité des investisseurs chinois sur le marché des fusions-acquisitions peut être expliquée par la baisse des prix dans les conditions de l'effondrement des marchés boursiers mondiaux, ainsi que par le ralentissement économique en Chine. Dans ce contexte, les entreprises étrangères deviennent de plus en plus des cibles attrayantes pour les investissements.

    Le sondage, effectué récemment par la société américaine O'Melveny & Myers parmi ses clients chinois, montre que près de la moitié d'entre eux qualifient les États-Unis de pays le plus attractif pour les investissements.

    L'expansion des investisseurs chinois a toutefois rencontré une certaine résistance. Cela s'est passé avec la bourse de Chicago que la société d'investissements chinoise Chongqing Casin Enterprise a décidé d'acheter. Un groupe d'une quarantaine de membres du Congrès américain se sont adressés au Comité des investissements étrangers aux États-Unis du ministère des Finances, demandant une enquête approfondie sur les circonstances de la transaction.

    "À la suite de cette transaction, la société chinoise, qui serait associée à l'Etat, recevra, pour la première fois, un accès direct au marché boursier américain d'un montant de 22 trillions de dollars", peut-on lire dans la lettre des congressistes américains.

    Ils ont également noté que les activités des sociétés d'investissements en Chine impliquent "des liens étroits avec l'Etat".

    Le Comité des investissements étrangers a pour but de vérifier ce genre d'opérations pour en déterminer la conformité avec la sécurité nationale. Il n'y a pas si longtemps, il a empêché l'acquisition du producteur des DEL Lumileds par des investisseurs asiatiques pour 3,3 milliards de dollars. A noter que les raisons de cette démarche n'ont pas encore été dévoilées.

    En outre, la vente du fabricant d'électronique américain Fairchild Semiconductor, pour lequel les investisseurs chinois avaient offert 2,6 milliards de dollars, a également échoué. Le comité leur a refusé, en supposant qu'une telle transaction pourrait soulever des questions chez les autorités, et a accepté la proposition d'un acheteur américain, bien que la somme qu'il proposait fût moindre.

    Bien sûr, toutes les entreprises chinoises, qui investissent aux États-Unis, ne sont pas associées à l'Etat. Cependant, ces opérations sont, en tout cas, impossibles sans l'approbation des autorités, parce que les acquisitions sont liées à de grandes quantités de devises étrangères, et cela est rigoureusement surveillé par le gouvernement.

    De manière générale, l'achat à grande échelle d'actifs étrangers par des entreprises chinoises montre qu'il est évident que le gouvernement chinois soutient l'expansion, ce qui est une source de préoccupation pour les Etats-Unis.

    Lire aussi:

    La Chine devance la France comme exportatrice d'armes
    La Chine installera bientôt sa 1ère base militaire à l'étranger
    Les USA défient à nouveau la Chine
    Chine: la croissance au plus bas en 25 ans
    La Chine sera-t-elle une économie de marché pour l’UE?
    Tags:
    expansion, investissements, Congrès des États-Unis, Washington, États-Unis, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik