Ecoutez Radio Sputnik
    Города мира. Брюссель

    La Belgique a-t-elle raison de rétablir des contrôles à sa frontière?

    © Sputnik . Grigory Sysoev
    International
    URL courte
    25351
    S'abonner

    La Belgique vient d'annoncer le rétablissement provisoire des contrôles à sa frontière avec la France. L'Europe devient de plus en plus consciente que désormais, c'est chacun pour soi dans la lutte contre l'afflux de migrants et celle antiterroriste. Que restera-t-il de l'espace Schengen tel qu'on le connaît aujourd'hui?

    La décision de la Belgique ressemble fort à celle que la France elle-même a prise vis-à-vis de l'Italie pour empêcher qu'il y ait des personnes venant d'Italie sur le territoire national, estime Violaine Carrère du Groupe d'information et de soutien des immigrés (GISTI) dans un entretien à Sputnik.

    "Donc on peut dire qu'on est dans les rétablissements qui sont possibles par la législation européenne, les rétablissements ponctuels pour les frontières", poursuit-elle. "Le problème c'est quand même qu'il doit s'agir d'opérations ponctuelles et qu'il faut pouvoir les justifier. Or la justification que la France a prise par rapport à l'Italie, de même que celle que la Belgique prend par rapport à la France, ça repose sur des éléments qui ne sont pas tout à fait ce que prévoit l'accord de Schengen puisqu'il faudrait qu'il y ait un afflux massif à la frontière pour qu'on puisse justifier de ces rétablissements des contrôles".

    Pour l'instant, la Belgique n'est toutefois pas confrontée à un afflux massif de réfugiés, mais elle a le droit de prendre des précautions. Ceux qui devront quitter la Jungle se disperseront sans doute dans différents endroits, la Belgique pouvant devenir la destination de leur choix.

    Mais qu'est-ce qu'on observe maintenant en Europe? Malgré des programmes de répartition équitable des demandeurs d'asile entre les Etats européens, ces derniers s'obstinent toujours à en accueillir le moins possible. Alors qu'ici il y a des pays qui de fait reçoivent de centaines de milliers voire de millions de réfugiés, comme la Turquie, le Liban et la Jordanie, là il y a les pays européens qui sont plus riches, plus en capacité économiquement d'accueillir ces personnes et qui n'ont qu'une obsession d'être celui qui en accueillera le moins.

    "Le problème, bien sûr, est dramatisé", ajoute Claire Millot de l'association Salam qui vient en aide aux migrants sur le littoral du Nord et du Pas-de-Calais. "Parce que dans la mesure où ça fait un moment que les migrants passent, essayent de passer par Bruges par exemple parce que la situation est de plus en plus compliquée, il est de plus en plus difficile de passer à Calais. Et donc ils s'étalent. Partout où il y a un ferry il y a des migrants qui essaient de passer dans la mesure où leur rêve, c'est d'aller en Angleterre".

    Mais à quoi ça sert de mettre des contrôles à la frontière?

    "Ça ne sert absolument à rien", pense Mme Millot. "Quelqu'un qui est un tout petit peu dégourdi passe en dehors de la route, par la plage, par les champs. (…) Et s'il n'est pas dégourdi, qu'est-ce qu'il fait? Il fera appel à des passeurs. Et ces pauvres gens depuis chez eux ils sont mal traités par des passeurs et on rajoute une étape de passeurs en plus. Est-ce que ça a du sens? En fait à mon avis ça dramatise le problème et c'est tout".

    Les migrants sont de plus en plus nombreux, essentiellement à cause de la pression migratoire qui arrive de l'est et de la Méditerranée, explique-t-elle. S'il n'y avait pas de guerre en Syrie, il n'y aurait pas de Syriens. S'il n'y avait pas de dictature en Erythrée, il n'y aurait pas d'Erythréens. Combien il y a de frontières à franchir entre la Syrie et l'Erythrée? Un nombre énorme.

    En effet, si la Belgique veut vraiment se protéger, il faut qu'elle construise un mur, fait-elle remarquer. Les Belges redoutent une arrivée massive de migrants pas parce que ces gens sont dangereux mais car ce sont des gens dont il faut s'occuper, leur donner à manger et à boire et ainsi de suite.

    Maintenant qu'est-ce qu'il faut faire? Il faut essayer de trouver une solution au niveau des pays d'Europe.

    "Si on leur offrait une solution, un peu partout en Europe, répartis sur les pays d'Europe, répartis à l'intérieur de la Belgique, répartis à l'intérieur de la France, il n'y aurait pas ces points de fixation avec des milliers de personnes", résume Mme Millot.

    Cependant, vu le nombre de migrants toujours croissant, vu que Daech menaçait d'envoyer des milliers de migrants, on ne peut pas dire que la mesure belge soit exagérée.

    "La Belgique a pris une décision qui s'impose, une décision nécessaire, une décision légitime qui est de protéger son territoire nationale face à l'afflux de migrants", affirme à Sputnik Cédric Michel, président du Syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM).

    Si l'on évoque des problèmes d'insécurité générés par les migrants comme ceux à Calais, en France en générale et un peu partout en Europe, à Cologne, en Suède, en Italie, on peut parler d'une sorte d'attentat, de terrorisme émanant juste de l'immigration massive, maintient-il.

    Ainsi, les contrôles aux frontières risquent de devenir prochainement une des mesures nécessaires pour se protéger de tels risques, pour arrêter les éventuels terroristes.

    La question, selon lui, est là: est-ce que l'on veut protéger sa nation face à l'insécurité terroriste, face à l'afflux de migrants qu'on ne peut pas raisonnablement accueillir? Cette question revient de plus en plus souvent dans les pays d'Europe.

    De plus en plus de pays de la zone Schengen se replient sur eux-mêmes face à la "menace" migratoire. Effrayée par l'hypothèse d'une arrivée massive de migrants de la Jungle de Calais, Bruxelles a annoncé le 23 février le rétablissement temporaire des contrôles à sa frontière avec la France. La Belgique est devenue ainsi le septième pays membre de l'espace Schengen de libre circulation à fermer provisoirement ses frontières.

    Conformément aux accords Schengen, les pays qui les ont signés (au total 26 Etats) peuvent en effet rétablir des contrôles à leurs frontières mais uniquement pour des raisons sécuritaires. C'est une mesure exceptionnelle à laquelle on ne devrait recourir que dans le cas où toutes les autres possibilités sont épuisées. Sa durée maximale est de six mois. Le ministre belge a d'ailleurs affirmé que le rétablissement des contrôles "durera autant que nécessaire". Les contrôles ont débuté lundi soir pour atteindre leur plein effet mercredi: "quelque 250 à 290 policiers" ont été déployés sur le terrain. 32 personnes ont déjà été arrêtées.

    La Belgique rejoint donc les six autres pays: la France, l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Norvège et la Suède, qui ont dû déjà suspendre Schengen face à l'afflux massif de réfugiés.

    En décembre, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker déclarait que la libre circulation des personnes au sein de la zone Schengen ne serait pas remise en cause et que "Schengen demeurerait".

    Lire aussi:

    Belgique: plus de 1.000 migrants rentrent bénévolement en Irak
    Belgique: inculpation de trois personnes qui voulaient partir en Syrie
    Belgique: 10 personnes interpellées dans le cadre d'un réseau de recrutement lié à l'EI
    La Belgique presse la France de prendre des mesures à Calais
    La Belgique veut chasser la Grèce de l'espace Schengen
    Un réfugié irakien interpellé en Belgique pour un lien présumé avec Daech
    Tags:
    crise migratoire, Espace Schengen, migrants, migration, frontière, terrorisme, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik