Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie

    Syrie: le cessez-le-feu est entré en vigueur

    © REUTERS / Hosam Katan
    International
    URL courte
    Trêve en Syrie (2016) (220)
    15352
    S'abonner

    Le calme régnait dans les régions de Syrie après l'entrée en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi d'un cessez-le-feu initié par Washington et Moscou et soutenu par l'Onu.

    L'émissaire de l'Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, a annoncé que la task force internationale sur le cessez-le-feu se réunirait samedi à Genève pour évaluer le respect de la trêve au cours de cette première journée qu'il a qualifiée de "critique". Si le cessez-le-feu tient, il convoquera une nouvelle session de pourparlers de paix inter-syriens le 7 mars à Genève.

    A minuit heure locale (22h00 GMT), les armes se sont tues dans la banlieue de Damas, dans la ville d'Alep (nord) et dans sa banlieue ouest, contrôlée par les terroristes, où les gens veillaient dans les rues en profitant de ce moment exceptionnel de quiétude.

    La trêve, soutenue par une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu, est la première de cette ampleur dans un conflit qui a fait plus de 270.000 morts depuis 2011, déplacé plus de la moitié de la population et qui voit s'affronter une multitude d'acteurs, syriens et internationaux.

    Bachar el-Assad, une centaine de factions terroristes et les forces kurdes se sont engagés à respecter l'accord de cessez-le-feu conclu sous l'égide de la Russie et des Etats-Unis.

    En revanche, les organisations djihadistes telles que le groupe Etat islamique et le Front al-Nosra sont exclues de l'accord. Le gouvernement syrien et son allié russe, ainsi que la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, pourront ainsi continuer dans les prochains jours à frapper l'EI et al-Nosra, qui contrôlent plus de la moitié du territoire syrien.

    Le chef du Front al-Nosra, qui est allié à de nombreuses factions terroristes, a d'ailleurs appelé tous les insurgés à poursuivre les combats.

    A Moscou, le président Vladimir Poutine a souligné que la Russie continuerait, après l'entrée en vigueur de la trêve, sa "lutte implacable" contre l'EI, le Front al-Nosra et les "autres organisations terroristes".

    Dans la nuit, l'émissaire de l'Onu a annoncé son intention de convoquer de nouvelles discussions inter-syriennes de paix le lundi 7 mars à Genève "à condition que la cessation des hostilités tienne globalement, si Dieu le veut, et que l'accès humanitaire soit maintenu", indique l'AFP.

    S'adressant à la presse à Genève, M.de Mistura a déclaré que la situation sur le terrain s'était "calmée" depuis minuit, mentionnant seulement "un incident" qui était l'objet d'investigations. 

    Dossier:
    Trêve en Syrie (2016) (220)

    Lire aussi:

    L'armée russe aide à livrer de l'aide humanitaire en Syrie
    L’opposition syrienne respectera une trêve de deux semaines
    Tags:
    cessez-le-feu, hostilités, Conseil de sécurité de l'Onu, Front al-Nosra, Etat islamique, Staffan de Mistura, Vladimir Poutine, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik