International
URL courte
Trêve en Syrie (2016) (220)
312054
S'abonner

La porte-parole de la diplomatie russe signale à ses collègues américains que leur manière de s’adresser à la Russie est inadmissible, tout en leur recommandant d'écouter plus attentivement les militaires russes.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a commenté la déclaration de son homologue américain, selon laquelle la Russie serait incapable de prouver par les faits le sérieux de ses intentions concernant le cessez-le-feu en Syrie. 

Trêve en Syrie: qui est intéressé à bouleverser l'accord?
© AFP 2019 TURKISH PRESIDENTIAL PRESS OFFICE/ KAYHAN OZER

En amont, une heure ou deux avant la signature de l'accord de cessez-le-feu en Syrie, le porte-parole de la diplomatie américaine Mark Toner avait remis en doute le sérieux des intentions de Moscou sur la trêve en Syrie, en déclarant: "Je ne sais pas comment dire mieux +faites-le ou fermez votre gueule!" 

"Fermez la gueule?! C'est à vos collègues, Mark, que vous devriez donner cet ordre, si évidemment un tel style idiomatique est courant parmi les diplomates américains", a écrit Mme Zakharova sur sa page Facebook

Et d'ajouter que samedi le ministère russe de la Défense avait donné un point de presse sur l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu en Syrie, en exposant tout de façon nette et explicite. 

"Tant que la partie russe +ne ferme pas sa gueule+, vous avez la chance, Mark, d'apprendre tout ce qui se passe en réalité en Syrie", s'est adressée la diplomate à son homologue américain.

Dossier:
Trêve en Syrie (2016) (220)

Lire aussi:

Maria Zakharova, une diplomate russe au stand de tir
Zakharova: Et si Assad part, qu'arrivera-t-il à Daech?
Syrie: les groupes soutenus par les USA utilisent la trêve pour se réarmer
Tags:
diplomates, militaires, porte-parole, ministère russe de la Défense, Facebook, Inc, Ministère de l'éducation et de la science de la Fédération de Russie, Mark Toner, Maria Zakharova, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook