International
URL courte
Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)
17520
S'abonner

Le candidat à la présidence des Etats-Unis Marco Rubio s'est ouvertement moqué vendredi de son principal rival dans la course à l'investiture républicaine Donald Trump pour les fautes d'orthographe commises par ce dernier dans ses tweets.

Après les débats qui l'avaient opposé à Marco Rubio, Donald Trump avait publié au sujet de son concurrent quelques remarques critiques truffées de fautes d'orthographe, rapporte le Huffington Post. Ainsi, le magnat de l'immobilier a qualifié à deux reprises le sénateur de Floride de "leightweight chocker" au lieu de "lightweight choker" (faiblard). Il a enfin souligné qu'avoir remporté le débat de jeudi était un "great honer" (au lieu de "great honor") pour lui.

Marc Rubio n'a pour sa part pas manqué l'occasion de ridiculiser son excentrique concurrent. Après avoir lu publiquement les messages de Trump, il a expliqué à sa manière l'illettrisme de son rival.

"J'ai deux explications à risquer: soit ils écrivent tous comme ça à la Wharton School [école de finance fréquentée par Donald Trump, ndlr], soit il a agi de la même manière que pour la construction du [gratte-ciel] Trump Tower, en engageant des étrangers pour qu'ils écrivent des tweets à sa place", a déclaré le sénateur de Floride.

Il est à noter que quelques heures après leur publication, le candidat milliardaire a corrigé les tweets controversés. Mieux, il s'est lui-même moqué de Marco Rubio en le qualifiant de "paniquard" et de "proie facile" pour le président russe Vladimir Poutine dans le cas où il serait élu à la magistrature suprême.

Dossier:
Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)

Lire aussi:

Les 100 premiers jours du président imaginaire Donald Trump
Trump écrase ses concurrents dans le Nevada
L’ex-chef du KKK appelle à voter Trump
Tags:
orthographe, erreurs, Trump Tower, Présidentielle américaine 2016, Donald Trump, Marco Rubio, Vladimir Poutine, Floride, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook