Ecoutez Radio Sputnik
    Des femmes kurdes

    "La Turquie fait tout pour cacher le massacre des Kurdes"

    © AFP 2018 MIGUEL MEDINA
    International
    URL courte
    Opération turque contre les Kurdes (67)
    71154

    Les femmes kurdes résidant en Europe continueront à protester contre les atrocités perpétrées en permanence par Ankara contre la population kurde de la ville de Cizre, située au sud-est de la Turquie, a confié à l’agence Sputnik une représentante du Mouvement européen des femmes kurdes, Nursel Kilik.

    Les protestations, précise Mme Kilik, se tiendront à Strasbourg devant le siège du Conseil de l'Europe et de la Cour européenne des droits de l'homme.

    Et de rappeler: "Cizre n'est pas la seule ville où les violences battent leur plein, loin de là. D'autres villes du sud-est de la Turquie, notamment celles où l'activité des troupes irrégulières du gouvernement turque a monté d'un cran, continuent d'être la cible d'atrocités et d'attaques armées délibérées".

    "Suite au couvre-feu qui dure depuis 76 jours, la population civile de la ville de Cizre reste privée d'aide médicale, d'eau courante et d'électricité", a-t-elle souligné.

    Et d'ajouter: "Au moins 200 personnes ont été tuées suite à des frappes turques effectuées dans les villes du sud-est de la Turquie, où la population kurde est prédominante".

    "Il à noter que parmi les personnes tuées à Cizre figurent des étudiants, des défenseurs des droits de l'homme, des journalistes, ainsi que des bébés âgés d'à peine un mois", a relevé Mme Kilik.

    "Bien que le gouvernement turc se soit engagé à mettre un terme à l'ensemble de ses opérations à Cizre il a y deux semaines, Ankara persiste à bombarder la ville, ce qui est étayé par les images de violence que le Mouvement européen des femmes kurdes reçoit tous les jours depuis les lieux ravagés", a-t-elle fustigé.

    Et de conclure: "Les autorités turques ont tout fait pour empêcher, sous couvert de +raisons de sécurité+, l'équipe du Haut-commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe de se rendre à Cizre. Il semblerait que tout cela a été fait dans le seul but de dissimuler à la communauté internationale la vérité de ce qui se passe réellement dans la ville".

    Le 26 février, des militantes kurdes ont organisé un sit-in de cinq jours à Strasbourg pour attirer l'attention de la justice européenne envers le massacre des Kurdes qui se poursuit dans le sud-est de la Turquie.

    Les manifestants ont dénoncé le silence des institutions européennes face à l'opération menée par Ankara contre les membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans la ville de Cizre, ainsi que leur "complicité" avec le gouvernement turc dans le "génocide" de l'ethnie kurde.

    La manifestation a été organisée par le Congrès des Kurdes européens pour une société démocratique et le Mouvement européen des femmes Kurdes, qui avaient précédemment mené des protestations à Strasbourg, notamment pour dénoncer l'emprisonnement du leader des Kurdes turcs Abdullah Öcalan.

    L'Union européenne, tout comme Ankara, considère le PKK (le Parti des travailleurs du Kurdistan, interdit en Turquie, ndlr) comme une organisation terroriste. En 2013, trois militantes du PKK ont été assassinées à Paris.

    Après plus de deux ans de cessez-le-feu, des combats meurtriers ont repris l'été dernier entre Ankara et le PKK, faisant voler en éclats les pourparlers de paix engagés en 2012 pour mettre un terme à un conflit qui perdure depuis 1984. La situation s'est détériorée après l'attentat du 20 juillet à Suruc, près la frontière syrienne, organisé par le groupe terroriste Daech et les assassinats de policiers dans le sud-est de la Turquie, revendiqués par le PKK.

    Dossier:
    Opération turque contre les Kurdes (67)

    Lire aussi:

    Ankara lance un nouvel ultimatum aux Kurdes syriens
    Les Kurdes syriens ouvriront à Prague leur 1ere représentation en Europe
    Erdogan: la Turquie continuera à bombarder les positions des milices kurdes syriennes
    Tags:
    bombardements, manifestation, conflit, génocide, conflit interethnique, Kurdes, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Conseil de l'Europe, Nursel Kilik, France, Strasbourg, Cizre, Kurdistan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik