International
URL courte
23687
S'abonner

La décision de la Cour constitutionnelle turque de libérer les deux journalistes incarcérés pour "avoir révélé les secrets d'Etat" a provoqué l'ire du président Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué la décision de la Cour constitutionnelle de relâcher deux journalistes incarcérés depuis trois mois pour avoir révélé des secrets d'Etat.

"Je ne suis pas en position d'accepter cette décision. Je le dis très clairement: je ne suis pas d'accord avec cette décision et je n'ai aucun respect pour elle", a déclaré aux journalistes le chef de l'Etat turc avant de partir en Afrique, commentant la libération du rédacteur en chef du journal turc Cumhuriyet Can Dündar et son collaborateur Erdem Gül.

Les deux journalistes ont été arrêtés pour avoir révélé les livraisons d'armes à Daech réalisées par les services de renseignement turcs. L'enquête à l'égard des journalistes a été initiée sur ordre du président Erdogan.

En mai 2015, Cumhuriyet avait diffusé des photos des camions turcs transportant des armes destinées aux islamistes syriens. En outre, une vidéo mise en ligne montrait, selon les journalistes, les armes fournies par la partie turque aux terroristes dans les pays voisins

Lire aussi:

Des journalistes turcs se dressent contre Erdogan
La nouvelle politique d’Erdogan : légitime défense ou légitime agressivité ?
«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Tags:
journalisme, droits de l’homme, liberté de la presse, Cumhuriyet, Cour constitutionnelle turque, Erdem Gül, Can Dündar, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook