Ecoutez Radio Sputnik
    Pancarte portée par des manifestants à Quito, en Equateur

    La trêve en Syrie compromet les plans d'Ankara

    © AFP 2019 Juan Cevallos
    International
    URL courte
    Trêve en Syrie (2016) (220)
    28902

    Le comportement de la Turquie dans le conflit syrien lui a fait perdre les avantages dont elle disposait sur la scène internationale. Le cessez-le-feu, qui est entré samedi en vigueur, a compromis les plans d'Ankara visant à étendre son influence sur les pays voisins.

    La Turquie s'est retrouvée dans une situation difficile: sa politique a totalement échoué, et ses approches des problèmes internationaux ont cessé de porter leurs fruits, écrit le site d'information Al-Monitor.

    Les plans d'Ankara visant à renverser le président Bachar el-Assad et à amener des islamistes radicaux au pouvoir à Damas ont échoué il y a bien longtemps. Les djihadistes soutenus par la Turquie fléchissent sous la poussée de l'armée gouvernementale syrienne appuyée par l'aviation russe et les milices kurdes. Les divergences qui ont récemment surgi entre Washington et Ankara ont amené ce dernier à abandonner toute idée d'intervention militaire en Syrie. Bref, le président Recep Tayyip Erdogan et le premier ministre Ahmet Davutoglu disposent de moins en moins de ressources pour promouvoir leur politique en Syrie.

    Ankara
    © Sputnik . Ruslan Krivobok
    En déclarant qu'il continuerait à soutenir les groupes armés hostiles à Damas, Ankara a de facto reconnu qu'il jouait un rôle dans le conflit syrien. Si les adversaires du gouvernement de Bachar el-Assad pouvaient combattre grâce à la Turquie, cela signifie que cette dernière leur livrait des armes. Il s'ensuit donc que les autorités turques ont indirectement reconnu être au courant des livraisons de matériel de guerre aux terroristes, rapporte l'article.

    Les processus qui s'opèrent actuellement dans la politique extérieure d'Ankara montrent que le Parti de la justice et du développement au pouvoir en Turquie a subi un échec dans ce domaine. Le pays a renoncé aux principes de laïcité légués par Kemal Atatürk pour adopter une vision islamiste des choses. Cette métamorphose a sensiblement réduit les possibilités d'Ankara sur la scène internationale, conclut Al-Monitor.

    Dossier:
    Trêve en Syrie (2016) (220)

    Lire aussi:

    Lutte contre l’EI: la Turquie partagée entre Kurdes et islamistes
    Des centaines de rebelles armés entrent en Syrie par la Turquie
    Syrie: le Front al-Nosra reçoit des renforts via la Turquie
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Tags:
    échec, islamistes, politique, Etat islamique, Ahmet Davutoglu, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik