Ecoutez Radio Sputnik
    Grèce: la police macédonienne tire des gaz lacrymogènes contre des migrants

    Grèce: la police macédonienne tire des gaz lacrymogènes contre des migrants

    © AFP 2017 LOUISA GOULIAMAKI
    International
    URL courte
    4192

    La police macédonienne a tiré lundi des gaz lacrymogènes contre un groupe de 300 Syriens et Irakiens ayant tenté de forcer la barrière frontalière entre la Grèce et la Macédoine au poste d'Idomeni, les empêchant de passer en Macédoine.

    Après avoir forcé un cordon policier grec, des migrants ont envahi la voie ferrée et cassé une partie de la barrière de barbelés marquant la frontière avec la Macédoine.

    Certains des migrants ont jeté des pierres contre la barrière et les policiers macédoniens ont riposté en tirant des gaz lacrymogènes, selon un journaliste de l'AFP.

    Les migrants ont reculé tandis que de nombreux enfants souffrant des problèmes respiratoires en raison des gaz lacrymogènes, ont dû être soignés.

    Selon l'ONG Médecins du monde (MDM) sur place, "au moins 30 personnes ont demandé à être soignées, dont de nombreux enfants".

    La situation est très tendue au poste grec d'Idoméni, où plus de 7.000 migrants et réfugiés restaient bloqués lundi après des restrictions imposées par la Macédoine et des pays des Balkans et de l'UE, sur le nombre des personnes autorisées à entrer sur leurs territoire.

    La Macédoine est le premier pays sur la route des Balkans, empruntée par les migrants qui arrivent sur les îles grecques en provenance des côtes turques et veulent rejoindre les pays de l'Europe centrale et du Nord.

    Lire aussi:

    5.500 réfugiés attendent la permission d'entrer en Macédoine
    L'Autriche n'a "de leçon à recevoir de personne" concernant les migrants
    Le sud-est de l'Europe cherche à freiner le flux de réfugiés
    Allemagne: l’angoisse des réfugiés de plus en plus oppressante
    Tags:
    gaz lacrymogènes, migrants, frontière, police, Union européenne (UE), Balkans, Macédoine, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik