Ecoutez Radio Sputnik
    George Friedman

    "Préparez-vous à la guerre", conseille Stratfor

    © AFP 2017 Ronaldo Schemidt
    International
    URL courte
    5013153

    Le site américain Business Insider a publié une interview de George Friedman, analyste politique et fondateur de la société de renseignement et d'analyse Strategic Forecasting, plus connue sous le nom de Stratfor.

    Nous présentons aux lecteurs un résumé de cet entretien dans lequel M. Friedman a donné sa vision de la situation géopolitique actuelle et a décrit ce dont serait fait l’avenir. Il est pourtant à noter que les prévisions de ce gourou ne se réalisent pratiquement jamais.

    Evoquant la situation au Proche-Orient, l'analyste a déclaré que cette région allait se désintégrer.

    "Avec la chute de l'intérêt des Etats-Unis pour la situation au Proche-Orient, il n'y aura plus de force capable d'en assurer l'intégrité. Les pays de la région ont été créés de manière artificielle. L'Amérique a été la dernière à garantir leurs frontières, mais elle a dit: «Allez au diable». Cela finira par provoquer la chute des Etats nationaux dans la région, car ils ne sont pas des nations. Ce ne sont que des Etats", a déclaré l'analyste dans une interview à Business Insider.

    Il est persuadé que la force des Etats-Unis réside dans le contrôle des océans.

    "Le contrôle des espaces océaniques constitue le fondement de notre force. Personne ne peut intervenir sur notre territoire, mais nous pouvons intervenir sur le territoire d'autrui. Quelle est la plus grande crainte des Etats-Unis? Celle de voir des pays de l'hémisphère Est construire des forces navales pour nous agresser. Comment peut-on le prévenir? On peut le faire en soutenant leur désir de s'égorger mutuellement afin qu'ils n'aient plus d'argent pour envahir les Etats-Unis. C'est précisément pour cela que nous avons participé à la Première Guerre mondiale, à la Seconde Guerre mondiale et à la Guerre froide. La situation actuelle est telle que nous ne devons laisser aucun pays accéder à l'hégémonie mondiale. Nous ne cherchons pas à vaincre. Nous ne devons pas perdre", a indiqué George Friedman.

    Interrogé sur les objectifs géopolitiques des Etats-Unis, le fondateur de Stratfor a fait savoir qu'il s'agissait "en premier lieu d'assurer la paix et la prospérité de l'Amérique du Nord sous la direction des Etats-Unis". Le deuxième objectif de Washington est de renforcer son armée "afin qu'aucune nation ne soit en mesure de rivaliser avec nous" sur ce plan.

    L'expert estime que l'énorme dette publique du pays n'est pas un problème. "Nous sommes riches et nous pouvons nous le permettre", a-t-il affirmé.

    "Ce n'est pas un problème parce que les Etats-Unis ont amassé de grandes richesses, parce qu'ils sont le seul pays du monde à ne pas avoir eu à se battre sur son propre territoire depuis la guerre de Sécession et parce que nous pouvons nous permettre des erreurs qui seraient fatales pour d'autres pays. Nous pouvons prendre des risques que les autres ne peuvent pas accepter", a déclaré George Friedman.

    Evoquant la crise économique dans l'UE, le gourou américain estime que l'Europe "sera détruite par l'Italie" dont les arriérés de dette publique "constituent 17% du système bancaire du pays".  Selon lui, l'Allemagne se verra obligée de sauver l'Italie, ce qui précipitera la chute de la première économie européenne.

    D'après George Friedman, de nouvelles guerres entre Etats sont inévitables.

    "Lorsque des pays comme l'Allemagne, la Chine et la Russie auront décliné et qu'ils auront cédé leur place à d'autres pays, des guerres systémiques commenceront", a indiqué le fondateur de Stratfor.

    "Donc, préparez-vous à la guerre", a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    Stratfor: la Russie force les USA à changer de stratégie en Syrie
    Stratfor: le Caucase, nouveau point de confrontation entre la Russie et l'Occident?
    Stratfor: pas de "révolutions colorées" en Russie malgré les efforts de l'Otan
    Tags:
    prévisions, interview, Stratfor, George Friedman, Proche-Orient, Italie, Chine, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik