International
URL courte
556
S'abonner

D'immenses réserves de pétrole accumulées depuis 2014 continueront de faire pression sur les cours même si les producteurs de pétrole de schiste quittent le marché.

Même si l'Arabie saoudite remporte la victoire sur les producteurs américains de pétrole de schiste dans la bataille pour les parts du marché pétrolier, elle sera confrontée à un autre adversaire de taille, à savoir d'immenses réserves d'hydrocarbures, communique l'agence Bloomberg se référant à des estimations d'experts.

Plus d'un milliard de barils accumulés depuis 2014 ne disparaîtront pas même quand la surproduction sera arrêtée. Cette réserve continuera d'exercer la pression sur le prix. Selon l'estimation de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), les réserves de pétrole iront croissant jusqu'à la fin de 2017, et il faudra plusieurs années pour les consommer.

"A la fin de cette année, même si la demande et l'offre sont équilibrées, le marché pourra tout simplement hausser les épaules et attendre que la réduction des réserves soit confirmée, estime le chef de la section analyse des marchés pétroliers de la Société générale à New York Mike Wittner. La transition de la surproduction à l'équilibre ne suffira pas".

Goldman Sachs cite à titre de précédent historique l'excédent de pétrole qui a suivi, en 1998 et 1999, la chute de la demande provoquée par la crise financière en Asie. Le prix continuait à baisser même quand l'OPEP avait diminué sa production, en mars, puis en juin 1998. En décembre 1998, les cours sont tombés sous les 10 dollars le baril. Le prix n'a commencé à monter qu'après la réduction des réserves dans les pays industrialisés qui s'était esquissée au début de 1999.

L'AIE prévoit une augmentation des réserves mondiales de 1,1 milliard de barils entre la fin de 2014 et la fin de 2016. L'année prochaine, elles pourraient augmenter de 37 millions de barils.

D'autre part, les experts de la société de consultation JBC Energy estiment que les réserves pourraient diminuer dès l'été prochain car la baisse de la production du pétrole de schiste aux Etats-Unis sera plus importante que prévue. Les experts anticipent les cours de juin prochain à hauteur de 50 dollars le baril.

A Londres, le baril de Brent pour livraison en mai a progressé de 0,22% en matinée aujourd'hui pour atteindre 36,89 dollars le baril. A New York, le baril du pétrole WTI pour livraison en avril a baissé de 0,61% jusqu'à 34,19 dollars le baril. 


Lire aussi:

L'Arabie saoudite refuse de réduire sa production de pétrole
Pétrole: l'Arabie saoudite et les Emirats bravent la chute du prix et augmentent le forage
USA-Arabie Saoudite, une alliance secrète cimentée par l'argent
Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Tags:
prix du pétrole, Société Générale, OPEP, Agence internationale de l'énergie (AIE), États-Unis, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook