Ecoutez Radio Sputnik
    Une jeune femme yézidie

    Yézidis: comment les victimes de Daech démarrent une nouvelle vie en Allemagne

    © AFP 2017 SAFIN HAMED
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    2250

    Dans des abris secrets, dont ceux du land de Bade-Wurtemberg, des psychologues et des spécialistes de l'intégration travaillent avec ceux et celles qui sont passés par l'esclavage de Daech. L'Etat allemand a ouvert ses portes aux femmes et enfants yézidis nécessitant un traitement et une réadaptation.

    De l'extérieur, ce centre ressemble à une résidence pour personnes âgées tombée en désuétude, de l'intérieur à un club pour enfants bien animé, écrit le journal britannique Guardian. Situé dans un village éloigné de plusieurs centaines de kilomètres de Stuttgart, cet asile fait partie d'une dizaine d'autres abris ouverts depuis le printemps dernier dans le land de Bade-Wurtemberg. Dans le cadre d'un programme spécial, l'Allemagne envisage d'accueillir jusqu'à 2.500 femmes et enfants ayant vécu sous le joug de l'organisation terroriste Daech.

    D'après des reporters britanniques, l'asile est placé sous surveillance accrue.

    "Ces femmes et enfants ont été esclaves de Daech. Il s'agit de victimes et de témoins de crimes de guerre, pour cela nous les protégeons. Garder notre mission secrète est la meilleure façon de garantir leur sécurité", indique le médecin Michael Blume, directeur du programme.

    C'est en mars 2015 qu'ils ont commencé à arriver dans le Bade-Wurtemberg. Une des régions les plus riches d'Allemagne, ce land est devenu la seconde maison pour quelque 50.000 Kurdes et Yézidis ayant fui le nord de l'Irak. Au cours de l'année dernière, 95.000 euros ont été débloqués pour créer des abris destinés aux femmes et enfants séquestrés par les extrémistes.

    Emmenés en Allemagne à bord de vols spéciaux en provenance de la ville irakienne d'Erbil, ils suivent ici des cours de langue. Ceux qui ont moins de 18 ans vont à l'école, où leur assiduité est contrôlée rigoureusement par les enseignants. Les femmes logées dans ces asiles reçoivent des allocations, dont le montant varie en fonction de l'âge et du nombre d'enfants. Elles font leurs courses, découvrent les alentours et s'adaptent progressivement à leur nouvelle ville en Allemagne.

    "L'avenir des jeunes femmes sera meilleur que celui de celles plus âgées. Elles pourront s'intégrer facilement (au sein de la société d'accueil, ndlr) et bénéficieront de plus de libertés qu'elles n'auraient pu en avoir en Irak", considère Jan Kizilhan, psychologue en chef.

    Le programme s'applique aux anciennes esclaves de Daech ayant besoin d'une aide médicale urgente est indispensable (complications gynécologiques, mutilations incurables, tentatives de suicide). D'après Mme Kizilhan, si leur état de santé physique est déjà satisfaisant, la plupart des femmes souffrent toujours d'un trouble posttraumatique grave.

    "J'ai l'impression qu'avant de venir ici je n'étais rien, mais maintenant je suis très bien traitée", avoue Salma, 17 ans.

    Originaire de la ville de Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak, elle est arrivée en Allemagne il y a six mois en compagnie de sa sœur de 15 ans et de sa tante.

    "Ici, j'ai dû suivre beaucoup de traitements médicaux et je bénéficie de conseils et du support social. J'ai tout ce qu'il me faut", dit-elle.

    La famille de Salma est restée dans le camp de Zahko, dans le Kurdistan irakien, mais la jeune femme est déterminée à les faire venir en Allemagne, car elle-même ne retournera plus jamais ni en Irak, ni "dans n'importe quel autre pays musulman".

    Autrefois, près de 650.000 Yézidis habitaient en Irak. Les actions de Daech, visant l'extermination de ceux qui ne professaient pas l'islam, ont conduit à la mort de milliers de Yézidis, alors qu'au moins 200.000 d'entre eux ont été forcés de quitter le pays. Les femmes capturées ont été obligées de se convertir à l'islam et de se marier avec des islamistes. En cas de refus, elles étaient violées et revendues.

    Les extrémistes de Daech considèrent les Yézidis comme des infidèles. En effet, les Yézidis ne constituent pas un peuple mais plutôt une communauté religieuse. Ils pratiquent l'une des plus vieilles religions du monde, antérieure aux monothéismes. Les Yézidis seraient, à l'origine, des Kurdes ayant refusé de se convertir au zoroastrisme, religion répandue dans le Kurdistan au 6e siècle avant Jésus-Christ.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Malgré les attaques au gaz, les Kurdes poursuivent leur avancée contre Daech
    Irak: l'Onu accuse l'EI de "tentative de génocide" contre les Yézidis
    Irak: plus de 1.700 Yézidis réfugiés en Turquie (officiel)
    Irak: l'Australie largue son premier lot d'aide aux Yézidis
    Tags:
    réadaptation, aide, asile, esclavage sexuel, traitement, esclavage, victimes, Etat islamique, Stuttgart, Kurdistan irakien, Sinjar, Bade-Wurtemberg, Erbil, Irak, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik