International
URL courte
Crise migratoire (789)
12131
S'abonner

Des réfugiés cherchent à tout prix à quitter la Grèce pour se rendre dans les meilleures régions de l'Union européenne du point de vue des conditions sociales, a déclaré le ministre autrichien des Affaires étrangères.

Selon le ministre autrichien des Affaires étrangères Sebastian Kurz, ces migrants qui s'enfuient en Europe ne sont pas en quête de protection, mais de prospérité économique:

"Mon intention demeure la même, soit de mettre un terme au transit libre (des réfugiés) en Europe centrale. C'est une situation absurde où des personnes nécessitant une protection et des migrants manifestant sur la frontière macédonienne ont recours à des méthodes violentes afin de passer d'un pays non membre de l'EU vers un pays de l'UE", a signalé le ministre autrichien lors d'une interview au journal allemand Süddeutsche Zeitung.

"Nous devons dire sincèrement qu'il ne s'agit pas d'une quête d'un refuge, mais d'une quête d'un meilleur avenir du point de vue économique. D'un point du vue humain, cela peut se comprendre, mais nous ne pouvons pas l'accepter", a fait remarquer M.Kurz.

Des migrants cherchent à entrer en Macédoine par la Grèce pour ensuite atteindre l'Autriche et l'Allemagne sur l'itinéraire traditionnel des Balkans.

Précédemment, les autorités autrichiennes ont annoncé le lancement prochain d'une campagne publicitaire en Afghanistan pour mettre en garde les candidats à la migration de ce pays. La campagne a pour but de convaincre les Afghans qu'ils n'obtiendront pas l'asile s'ils migrent en Autriche pour des raisons économiques.

L'Autriche a mis en place, le 19 février, des quotas limitant l'accès à son territoire à 80 demandeurs d'asile par jour, et à 3.200 migrants en transit, soit potentiellement 1,2 million de personnes par an. Ce quota n'a cependant jamais été atteint depuis.

Après avoir accueilli 90.000 demandeurs d'asile l'année dernière, dont le quart étaient des Afghans, l'Autriche a annoncé être disposée à accueillir jusqu'à 37.500 réfugiés supplémentaires cette année, mais pas davantage.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

L'Autriche lancera une campagne pour effrayer les migrants potentiels
Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
déclaration, crise migratoire, Union européenne (UE), Sebastian Kurz, Macédoine du Nord, Autriche, Europe, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook