International
URL courte
11975
S'abonner

La plupart des Américains ne savent même pas que, dans le conflit syrien, Washington n'a pour but que de renverser le gouvernement syrien démocratiquement élu, estime Robert F. Kennedy Jr, le neveu de l'ancien président américain.

Robert F. Kennedy Jr, avocat américain et neveu de l'ancien président américain John F. Kennedy souligne que les Etats-Unis ont décidé de renverser le président syrien Bachar el-Assad après qu'il ait refusé de soutenir un projet de gazoduc qatari.

La CIA a élaboré ce plan après que le projet de gazoduc de plusieurs milliards de dollars ait émergé en 2000, une dizaine d'années avant le soulèvement du Printemps arabe en Syrie, note M.Kennedy.

Le projet visait à construire une infrastructure gazière provenant du Qatar, traversant l'Arabie saoudite, la Jordanie, la Syrie et la Turquie et à destination de l'Europe.

L'analyste américain affirme que, si le projet avait été réalisé, le gazoduc aurait eu un fort impact géopolitique. Il aurait permis aux royaumes sunnites du golfe Persique de dominer les marchés mondiaux du gaz naturel ainsi que de renforcer le Qatar, le plus proche allié de Washington dans le monde arabe.

Tout cela indique clairement que le conflit syrien n'est pas une guerre civile pour plus de droits de l'homme mais une insurrection violente parrainée depuis l'étranger ne visant qu'à donner vie à un projet commercial.

"La plupart des Américains sont complètement inconscients que nous tentons de renverser le gouvernement démocratiquement élu en Syrie", a indiqué M.Kennedy dans une interview accordée à Sputnik.

Selon lui, cela concerne non seulement la Syrie, mais l'Iran, l'Irak et beaucoup d'autre pays de la région. La plupart des Américains ne savent pas non plus que la révolution islamique en Iran est une conséquence directe du coup d'Etat effectué par Washington en 1953.

"L'Irak, c'est la même chose. Nous avons conçu un certain nombre d'actions en Irak qui ont effectivement amené Saddam Hussein au pouvoir et nous lui avons fourni des armes de destruction massive pendant la guerre irano-irakienne", a-t-il expliqué.

M.Kennedy précise toutefois qu'il n'appelle pas à s'allier avec des dictateurs, mais ce que les Etats-Unis font est une hypocrisie.

"Je ne dis pas que nous devons nous allier avec des dictateurs. Mais nous nous allions avec les Saoudiens. Et les Saoudiens ne permettent pas aux femmes de conduire une voiture. Vous irez en prison si vous conduisez une voiture. Ils torturent les gens et ils suppriment la liberté d'expression, et ils font de pires choses encore", a-t-il affirmé.

Selon l'analyste politique, les motifs réels du comportement de Washington au Proche-Orient sont presque toujours liés aux intérêts économiques des grandes entreprises américaines dans cette région.

"Si vous regardez les racines de cette guerre (la guerre civile en Syrie, ndlr), vous verrez une guerre de gazoduc. C'est une révolution sunnite qui a été financée par nos alliés, par le Qatar et l'Arabie saoudite. Et dans plusieurs cas, les soldats de cette révolution ont été formés et armés par les Etats-Unis", a-t-il conclu.

Lire aussi:

Toute la Syrie privée d'électricité
Quel est le rôle de Moscou dans la trêve en Syrie?
Syrie, un drame total
Syrie : l’approche russe prédomine
Quand les USA peinent à s'entendre et font la guerre contre eux-mêmes en Syrie
En Syrie, l’ingérence des USA tourne à la mascarade
Tags:
Syrie, États-Unis, Washington, Qatar, Arabie Saoudite, Turquie, Irak, Iran, Jordanie, Bachar el-Assad, crise syrienne, révolution, guerre civile, gazoduc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook