Ecoutez Radio Sputnik
    Damas. Photo d'archives

    L'opposition syrienne demande une nouvelle constitution

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    Trêve en Syrie (2016) (220)
    26924

    Seule une nouvelle constitution peut défendre tous les droits du peuple syrien. C'est donc par sa rédaction qu'il faut entamer les réformes dans le pays, considère Ilhan Mansad, secrétaire générale du parti Conférence nationale.

    Réunis dans le Centre de coordination pour réconcilier les parties en conflit en Syrie, organisé sur la base aérienne de Hmeimim, les représentants de l'opposition syrienne, du clergé et de groupes armés ont appelé à mettre en place un groupe d'initiative en vue de rédiger le projet d'une nouvelle Constitution syrienne. Une fois finalisé, le projet devrait être soumis à la discussion publique.

    "La Syrie a besoin d'une nouvelle constitution. A cette fin, nous devons engager toutes les forces, tous les chefs de guerre et les muftis. Tous, sauf les terroristes. Pour ces derniers, il n'y a pas de place sur le sol syrien", a déclaré Mays Kredi, de l'association Pour une Syrie démocratique.

    "Après les négociations, nous pourrons adopter une nouvelle constitution, tenir des élections démocratiques et former une confiance générale du peuple syrien envers le pouvoir", a-t-elle poursuivi.

    "Nous considérons qu'une nouvelle constitution est en mesure de défendre tous les droits du peuple syrien, et nous pouvons entamer les réformes par elle", a de son côté souligné Ilhan Mansad, secrétaire générale du parti Conférence nationale.

    Les parties ont en outre noté, qu'en dépit de leurs différends, ils partageaient une vision commune sur l'avenir de la Syrie en tant qu'Etat laïque, préservant son intégrité territoriale et sa souveraineté.

    Tenue vendredi, la rencontre a été organisée à l'initiative des parties prenantes qui s'étaient adressées au centre, créé en vertu des accords russo-américains du 22 février en vue de mettre en place un mécanisme pour contrôler le respect du cessez-le-feu.

    Au total, 30 groupes de l'opposition "modérée" ont rejoint le régime de cessez-le-feu, dont huit au cours de ces dernières 24 heures, informe le ministère russe de la Défense.

    Le 22 février, les présidents de la Russie et des Etats-Unis, Vladimir Poutine et Barack Obama, ont approuvé un plan de cessez-le-feu en Syrie. La déclaration stipule que les conditions de la trêve sont applicables à toutes les parties en conflit, excepté les groupes terroristes comme Daech et le Front al-Nosra.

    Cette initiative a été appuyée par les dirigeants de nombreux autres pays qui se sont déclarés prêts à contribuer à sa réalisation. La trêve est entrée en vigueur le 27 février à minuit.

    Dossier:
    Trêve en Syrie (2016) (220)

    Lire aussi:

    Pas de trêve pour Erdogan: Ankara enverrait des réfugiés combattre en Syrie
    Syrie: cessez-le feu globalement respecté
    Nouveaux attentats en Syrie: pas de cessez-le-feu pour Daech
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Tags:
    négociations inter-syriennes, opposition modérée, réformes, Constitution, opposition, trêve, cessez-le-feu, Hmeimim, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik