International
URL courte
27650
S'abonner

Le président du Nicaragua Daniel Ortega a accusé les États-Unis d’avoir de facto déclaré la guerre au Venezuela lors de la commémoration du 3e anniversaire de la mort du président vénézuélien Hugo Chavez.

"Ils (Washington, ndlr) accusent le Venezuela de représenter une menace potentielle pour la sécurité nationale des États-Unis, ce qui n'est rien de moins qu'une déclaration de guerre. Cela revêt une importance capitale, comparable à celle du blocus de Cuba", a-t-il martelé, cité par le portail d'actualités Noticas 24.

Les relations entre Caracas et Washington se sont encore dégradées en mars 2015, quand le président américain Barack Obama a décidé d'appliquer des sanctions contre sept hauts fonctionnaires du gouvernement vénézuélien, qualifiant dans un décret la situation dans le pays sud-américain de "menace" pour les États-Unis.

L'annonce des sanctions avait entraîné le rappel du plus haut représentant diplomatique du Venezuela aux Etats-Unis, les deux pays n'ayant plus d'ambassadeurs respectifs depuis 2010. En outre, le président vénézuélien Nicolas Maduro a demandé au parlement de lui attribuer des "compétences spéciales", en justifiant de telles mesures par la nécessité d'assurer la paix et la stabilité dans le pays face aux actions des États-Unis.

Le Venezuela, qui dispose des plus grandes réserves de pétrole du monde, a vu son économie s'effondrer ces derniers mois dans le sillage des cours du brut.

Malgré des revenus liés au pétrole de plus de 380 milliards de dollars depuis 1999, Hugo Chavez et son successeur n'ont pas été en mesure de juguler la hausse des prix, ni de sortir le Venezuela de sa dépendance aux pétrodollars, qui représentent 96% des revenus.

Lire aussi:

Crise: le Venezuela augmente l'essence et dévalue le bolivar
Opep: le Venezuela demande une réunion d'urgence
Venezuela: Maduro décrète l'état d'urgence économique
Tags:
déclaration, guerre, Daniel Ortega, Hugo Chavez, Barack Obama, Nicaragua, Venezuela, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik