International
URL courte
6419
S'abonner

Le président turc fait chanter l’Europe qui, fortement dépendante d’Ankara, ferme les yeux sur les violations des droits de l’homme, estime une femme politique allemande.

L'UE est en position de grave dépendance envers le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan, a annoncé Claudia Roth, femme politique allemande et membre du parti écologiste de l'Alliance 90/Les Verts.

Les drapeaux de la Turquie et l'Union européenne
© AP Photo / Osman Orsal
"Comme l'Europe cherche par tous les moyens à retenir l'afflux de migrants depuis la Turquie, elle ne peut plus exiger qu'Ankara garantisse la primauté du droit. L'UE est devenue victime d'un chantage", a-t-elle indiqué dans une interview accordée au quotidien allemand Die Welt à l'occasion du Sommet UE-Turquie, qui débute lundi 7 mars à Bruxelles.

Selon Mme Roth, la politique étrangère menée par le président turc vise à servir ses propres intérêts à l'intérieur du pays, les droits de l'homme étant systématiquement bafoués.

Commentant la politique interne de la Turquie, Claudia Roth qualifie le conflit entre les Turcs et les Kurdes de "guerre meurtrière" et souligne que l'UE ne s'empresse pas de critiquer Ankara.

"Je redoute que le conflit n'atteigne l'Allemagne", avoue-t-elle, ajoutant que des échauffourées entre les représentants des deux peuples éclatent à nouveau dans plusieurs villes allemandes, dont Hanovre, Berlin et Hambourg.

"De ce fait, nous ne devons pas fermer les yeux sur ce qui est en train de se produire en Turquie", poursuit Mme Roth.

D'après la femme politique allemande, la Turquie constitue une partie du problème, et non pas de la solution dans la crise migratoire qui fait rage.

"Erdogan est impliqué dans l'escalade du conflit syrien, et ses actions à l'égard des Kurdes intensifient l'afflux de nouveaux réfugiés depuis les régions kurdes", explique Claudia Roth.

En novembre, Ankara a conclu un accord avec l'UE, promettant de réduire le flot de réfugiés en échange d'une aide de 3 milliards d'euros pour gérer la crise des migrants. Mais malgré l'hiver, des bateaux de fortune arrivent tous les jours sur les îles grecques.

Lire aussi:

Près de 2.000 Turcs poursuivis pour avoir offensé Erdogan
La nouvelle politique d’Erdogan : légitime défense ou légitime agressivité ?
Des journalistes turcs se dressent contre Erdogan
Un sommet à Genève pour les damnés de ce monde
Tags:
politique étrangère, droits de l’homme, Kurdes, Claudia Roth, Turquie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook