Ecoutez Radio Sputnik
    Journal turc Zaman

    La justice turque s'acharne sur les médias d'opposition

    © Sputnik. Tural Kerimov
    International
    URL courte
    6971226

    Vendredi dernier, un tribunal d'Istanbul a placé sous tutelle la rédaction du journal d'opposition Zaman, ce qui - selon les journalistes de l'édition - ne tardera pas à déboucher sur sa fermeture.

    ans un article consacré à cet événement, les journalistes de Zaman ont souligné que depuis quelques temps, ils fréquentaient les institutions judiciaires plus souvent que leur propre rédaction.

    Selon l'agence de presse Anatolie, le tribunal a ordonné la nomination d'administrateurs judiciaires chargés de diriger le groupe Zaman.

    L'agence Sputnik a demandé à Mehmet Koksal, chargé de projet à la Fédération européenne des journalistes, de commenter la décision des autorités judiciaires turques.

    "Normalement la procédure de nommer des administrateurs judiciaires est réservée aux sociétés qui sont en difficulté financière. Or, ce n'est pas le cas du groupe Zaman, et on constate bien que la finalité, l'objectif du pouvoir est de mettre la main sur un quotidien d'opposition plutôt que d'assainir les finances d'une société qui est en difficulté", a déclaré Mehmet Koksal.

    Selon lui, cette manœuvre touche non seulement le groupe Zaman en Turquie, mais aussi l'ensemble des journalistes travaillant pour le quotidien Zaman à l'étranger: en France, en Belgique, au Danemark, en Suède.

    "Donc, il y a des correspondants de Zaman qui sont affectés par ce qui se passe. C'est quelque chose qui est inacceptable", a indiqué le responsable de la Fédération européenne des journalistes.

    Le cas de Zaman n'est pas un cas à part, a rappelé l'interlocuteur de l'agence, précisant que l’affaire qui touche le quotidien n’avait rien de nouveau, un autre journal et une chaîne de télévision ayant déjà subi le même sort. Cette dernière "a déjà mis la clef sous le paillasson, c'est-à-dire que ce média a été carrément poussé à la faillite par les nouveaux administrateurs judiciaires", a constaté Mehmet Koksal.

    "On critique Erdogan pour beaucoup de choses, mais on lui reconnait aussi une certaine aisance politique parce qu'il a bien saisi comment faire chanter les européens avec la question des réfugiés, tout en mettant à genoux la presse d'opposition", a affirmé le journaliste.

    ​D'après lui, il est indispensable que l'Europe rappelle à Ankara la "nécessité de sauvegarder la pluralité des médias en Turquie et de sauvegarder le travail et la sécurité des journalistes qui font un travail très courageux pour nous informer, nous Européens", a conclu le responsable de la Fédération européenne des journalistes.

    Son avis est partagé par un autre interlocuteur de Sputnik, Nicolas Monceau, maître de conférences en sciences politiques à l'Université de Bordeaux.

    "Il semblerait que cette mise sous tutelle du journal Zaman intervient à un moment assez crucial, puisque c'est aujourd'hui, lundi, que se tient un sommet entre l'Union européenne et la Turquie sur la crise des migrants. Pour certains, cette mise sous tutelle est peut être le signe – en tout cas c'est perçu ainsi – d'une provocation commise par le gouvernement turc, par le président Erdogan face à l’Union européenne", a déclaré Nicolas Monceau.

     

    Evoquant les changements de ligne éditoriale constatés dans le dernier numéro de Zaman, l'analyste politique bordelais a supposé que "les journalistes du journal en question n'auraient pas préparé eux-mêmes cette édition"

    Lire aussi:

    C’est la liberté de la presse que le pouvoir "assassine" en Turquie
    L'UE déplore de "graves reculs" sur la liberté d’expression en Turquie
    La liberté de l'information bafouée en Turquie

    Lire aussi:

    Pourquoi la Turquie a-t-elle cessé de financer l'opposition syrienne ?
    Fuites sur les bases US en Syrie: «Ankara cherche à saboter l'offensive militaire à Raqqa»
    Réforme judiciaire: Bruxelles ouvre une procédure d'infraction contre Varsovie
    Résolution du PE: Ankara dénonce les pays qui «sapent les relations» avec l’UE
    Erdogan: la Turquie serait soulagée de ne pas être acceptée dans l’UE
    Tags:
    journalisme, tutelle, justice, Fédération européenne des journalistes, Zaman, Turquie, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik