International
URL courte
631304
S'abonner

L'armée syrienne a réussi à détruire les positions des terroristes à l'ouest de la cité antique de Palmyre où Daech avait détruit de nombreux sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'armée syrienne a lancé mardi une offensive sur le fief principal du groupe terroriste Etat islamique (EI ou Daech) à Al-Qaryatayn dans le sud-est de la province de Homs, a annoncé une source au sein de l'armée.

"L'armée et des groupes de volontaires syriens ont progressé de 4 kilomètres vers Al-Qaryatayn. Ils ont pris le contrôle d'une hauteur près de cette localité", a indiqué le responsable.

​Selon lui, l'offensive se poursuit, appuyée par l'artillerie.

Les positions des terroristes situées à l'ouest de Palmyre, à 20 km d'Al-Qaryatayn, ont aussi été détruites. 

La localité d'Al-Qaryatayn est située dans une région stratégique. L'armée syrienne s'approche actuellement de Palmyre par le sud et l'est. La ligne de front se trouve à trois kilomètres de la cité antique de Palmyre, du côté de la citadelle.

Le groupe terroriste Etat islamique s'est emparé de Palmyre il y a près d'un an. Les extrémistes y ont détruit plusieurs sites inscrits sur la liste du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO dont l'Arc de triomphe qui était le symbole de Palmyre. 

Une trêve est en vigueur en Syrie depuis le 27 février dernier. Toutefois elle ne s'applique pas au Front al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda), à l'Etat islamique (Daech) et aux autres groupes reconnus comme terroristes par le Conseil de sécurité de l'Onu. L'accord de trêve a été conclu lors de consultations entre la Russie et les Etats-Unis.

Lire aussi:

Homs en Syrie: la ville fantôme
Daech poursuit la destruction de la cité antique de Palmyre
Une caméra cachée montre une Palmyre dévastée par Daech
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Tags:
offensive, armée gouvernementale syrienne, Etat islamique, Al-Qaryatayn, Homs, Palmyre, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook