International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
20219
S'abonner

Après le pétrole, les impôts, les extorsions de fonds dans les territoires contrôlés, le trafic d'antiquités volées et les rançons, les djihadistes de l'Etat islamique (EI, Daech) tireraient près de 20 millions de dollars par mois de la spéculation sur le marché des devises.

Le groupe terroriste Etat islamique toucherait 20 millions de dollars (18,1 millions d’euros) par mois, soit un quart de ses revenus, en spéculant sur la hausse du dollar, révèle le quotidien britannique "The Telegraph", à partir d'informations fournies par une sous-commission des Affaires étrangères du Royaume-Uni. 

Daech se met au business de la spéculation sur les marchés des devises
© AP Photo / AP Photo via militant website, File

Selon différents rapports sur les modes de financement de Daech, ce dernier disposerait de 80 millions de dollars de budget mensuel (72,6 millions d’euros) pour financer ses opérations de guerre, payer ses propres fonctionnaires, en corrompre d’autres en Irak, en Syrie et en Turquie et assurer son fonctionnement au quotidien. 

An F-15E
© Photo. US Air Force / Staff Sgt. Aaron Allmon

Quant aux sources de financement de Daech, on estime qu’elles proviennent à 40% du trafic de pétrole, la même proportion provenant des impôts, des taxes sur les transports et les activités d’extorsion de fonds, et 20% serait issus du trafic d’œuvres d’arts volées en Irak et en Syrie, sans oublier les dons d’investisseurs financiers soutenant la cause djihadiste.  

Avec un capital de départ évalué à 450 millions de dollars (408,8 millions d’euros), Daech a pu en faire fructifier une partie en organisant sa circulation à travers des réseaux de transfert locaux, aussi bien en Irak qu’en Syrie et en jouant sur les commissions appliquées aux opérations cash. 

Les djihadistes profitent des failles dans les systèmes financiers locaux. En investisseur avisé, Daech a tout misé sur la stabilité de la devise américaine pour s’enrichir. En anticipant les décisions de la FED en matière de relèvement des taux d'intérêt, il a revendu la plupart des devises dont il disposait pour financer des achats de dollars. 

L'Occident tente par tous les moyens de couper court à ce financement des terroristes. En janvier, les forces aériennes américaines ont bombardé et détruit un bâtiment identifié comme étant la "banque centrale" de Daech à Mossoul. Il s’agissait d’un énorme entrepôt contenant de très grandes quantités d’argent liquide. Plusieurs centaines de millions ou même quelques milliards de dollars en liquide seraient alors partis en fumée.  

Mais en dépit des efforts fournis par les diverses coalitions internationales, le "business" de Daech est toujours aussi prospère.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

L'armée irakienne aurait capturé le "ministre des Finances" de l'EI
Les USA profitent du trafic de pétrole de Daech
L’Etat islamique organise un trafic d’organes
Macron a appelé Poutine pour discuter du vaccin russe contre le Covid-19 et de la Biélorussie
Tags:
spéculations monétaires, financement, monnaie, dollar US, Etat islamique, Mossoul, Royaume-Uni, Turquie, Syrie, Irak, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook