Ecoutez Radio Sputnik
    Nationalistes ukrainiens bloquant la route reliant l'Ukraine à la Crimée

    The Guardian: l'Ukraine a plus que jamais besoin de la Russie

    © AFP 2017 Genya Savilov
    International
    URL courte
    Situation économique en Ukraine (85)
    1078110797

    L'Ukraine doit renoncer au "nationalisme économique" qui conduit le pays au suicide pour adopter une politique plus pragmatique envers la Russie, estime un analyste américain.

    La survie économique de l'Ukraine ne dépend pas de l'aide financière occidentale, mais des investissements russes. Tant que ces derniers feront défaut, on ne pourra pas envisager une évolution positive des événements pour Kiev, estime Nicolai Petro, professeur de sciences politiques à l'université de Rhode Island (Etats-Unis) et éditorialiste du quotidien britannique The Guardian.

    "En janvier dernier, le président ukrainien Petro Porochenko a félicité le pays pour avoir passé son premier hiver sans acheter de gaz russe. Au lieu de cela, l'Ukraine a acheté du gaz européen qui, comme Porochenko l'a souligné avec fierté, était de 30% plus cher", indique Nicolai Petro.

    Selon lui, le principal problème de l'économie ukrainienne, c'est son "orientation idéologique" qui pousse Kiev à rompre les liens avec la Russie, pays qui a historiquement été son principal investisseur et partenaire commercial.

    "Il y a un peu plus d'un an, le niveau de vie en Ukraine a baissé de moitié, sa monnaie nationale a dégringolé de 350% et l'inflation a atteint 43%. Cependant, malgré cette chute économique, le gouvernement continue à pratiquer une politique que l'on pourrait qualifier de suicidaire", constate l'expert.

    Il souligne qu'en résiliant en 2014 des contrats avec Moscou, l'industrie aéronautique ukrainienne et le complexe militaro-industriel du pays ont perdu 80% de leurs revenus. Pire, en rompant ses liens bancaires avec la Russie, l'Ukraine a renoncé aux investissements et a perdu une autre "bouée de sauvetage vitale: les fonds transférés par les Ukrainiens travaillant en Russie".

    "Le nombre d'Ukrainiens qui travaillent en Russie s'élève à sept millions de personnes. En 2014, ils ont envoyé dans leur pays d'origine neuf milliards de dollars (8,2 milliards d'euros), soit le triple des investissements étrangers directs engagés en Ukraine", affirme Nicolai Petro.

    "Ce n'est pas cette politique que l'Occident doit soutenir. Quelles que soient ses sympathies politiques, aucun gouvernement occidental ne doit tolérer l'appauvrissement délibéré de la population pratiqué à des fins politiques. Le risque de voir l'Ukraine devenir un Etat failli dont des millions de ressortissants viendront compléter l'armée des réfugiés en Europe est trop élevé. Le meilleur moyen de l'éviter est de reconnaître que la survie de l'Ukraine ne dépend pas de l'injection de crédits occidentaux, mais de la reprise des investissements russes", souligne l'analyste.

    D'après lui, les responsables politiques occidentaux doivent comprendre qu'en Ukraine, le "pragmatisme économique doit l'emporter sur le nationalisme économique", conclut l'auteur.

    Dossier:
    Situation économique en Ukraine (85)

    Lire aussi:

    Ukraine: attisant la crise, les USA commettent une erreur historique
    Ukraine: l'idée de Soros pour sortir de la crise
    Ukraine: la crise politique s'aggrave
    Tags:
    investissements, crise, économie, The Guardian, Piotr Porochenko, Occident, Europe, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik