International
URL courte
Crise migratoire (789)
5230
S'abonner

Quand un jet privé s'est brisé et a pris feu à l'atterrissage, un vétérinaire irakien s'est précité pour venir en aide aux rescapés. Dans sa hâte, il a quitté le camp de réfugiés en sous-vêtements.

Jeudi 10 mars, peu de temps après son décollage de l'aéroport d'Osnabrück-Atterheid, en Basse-Saxe, un jet privé subit une panne de moteur. Contraint d'effectuer un atterrissage d'urgence, le pilote choisit pour piste improvisée un terrain plat situé non loin d'une ancienne caserne. Il fait tout pour poser l'appareil en toute sécurité, mais le jet se brise au contact avec le sol et prend feu, rapporte The Local.

Le vétérinaire Hassanien Salman, 34 ans, habitant du camp de réfugiés, prenait une douche au moment où l'accident s'est produit. Le bruit de l'impact a attiré son attention. L'homme jette alors un regard à l'extérieur et voit une fumée s'échapper de l'épave de l'appareil. Il faut agir de toute urgence. Hassanien enfile un t-shirt et un caleçon et se précipite sur les lieux du crash.

​Arrivé sur place, l'Irakien voit que deux des quatre personnes se trouvant à bord de l'appareil ont réussi à quitter le jet. Tanis que deux autres, grièvement blessées, sont encore à l'intérieur. Appuyé par un autre habitant du camp, Hassanien parvient à maîtriser le feu, diagnostique des traumatismes graves chez les blessés et leur fournit les premiers secours.

Peu de temps après, les ambulances et la police sont arrivées sur les lieux du crash.

"Aujourd'hui, beaucoup de gens ont eu de la chance", a déclaré un représentant de la police en commentant l'incident.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

A320: le jour du crash suicide, le copilote devait être en arrêt maladie
Enquête sur le crash du MH17: Moscou pointe des falsifications
Crash de l'avion de Germanwings: le dernier mail du copilote publié
Crash du MH17: les Pays-Bas accusent les USA d'avoir dissimulé des informations
Tags:
aide, crash d'avion, réfugiés, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook