Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau iranien

    La condition à laquelle l'Iran soutiendra le gel de la production de pétrole

    © AP Photo / Ronald Zak
    International
    URL courte
    Chute des prix du pétrole (171)
    23310

    L'Iran commencera à coopérer avec d'autres pays au sujet du gel de l'extraction pétrolière au moment où le niveau de sa production atteindra quatre millions de barils par jour, a déclaré le ministère iranien du Pétrole Bijan Zanganeh.

    "Il ne faut pas essayer de nous proposer de travailler dans cette direction avant que notre production pétrolière ne monte à quatre millions de barils par jour. C'est seulement après que cela survienne que nous commencerons à participer", a dit le ministre, cité par l'agence de presse ISNA, à la question de savoir si, selon lui, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak entend persuader le gouvernement iranien de rejoindre l'initiative, lors de sa visite en Iran.

    M. Novak s'apprête à se rendre en Iran, le 14 mars, pour s'entretenir avec les ministres iraniens de l'Energie et du Pétrole.

    Fin février, M. Zanganeh a affirmé que l'extraction de pétrole journalière en Iran atteindrait la barre de 4,6 millions de barils dans le cadre du sixième plan quinquennal de développement du pays, c'est-à-dire vers l'année 2021.

    Le 16 février dernier à Doha (Qatar), la Russie, le Venezuela, l'Arabie saoudite et le Qatar se sont mis d'accord pour geler leur production de pétrole à son niveau de janvier. D'autres pays producteurs ont ensuite rejoint le groupe. Le Koweït a notamment affirmé sa détermination à geler sa production de pétrole à son niveau actuel. L'Équateur, l'Algérie, le Nigeria et Oman ont également approuvé cette décision.

    Le gouvernement iranien s'est au début opposé à l'initiative, motivant son refus par le fait qu'il ne trouvait aucune logique dans la limitation de sa production de pétrole qu'il entendait au contraire augmenter. Ensuite, Téhéran a dit pourtant soutenir la décision de la Russie et de plusieurs pays membres de l'OPEP.

    Dossier:
    Chute des prix du pétrole (171)

    Lire aussi:

    L'Iran vend son pétrole à l'Europe 1,25 dollar moins cher que l’Arabie saoudite
    Le pétrole contre-attaque l’Arabie saoudite
    Pétrole: accord entre la Russie et l'OPEP pour geler la production au niveau de janvier
    Le Venezuela appelle l’OPEP à stabiliser les cours du pétrole
    Tags:
    production petrolière, pétrole, OPEP, Bijan Zanganeh, Alexandre Novak, Téhéran, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik