International
URL courte
Crise migratoire (789)
6717
S'abonner

La prise en charge des réfugiés syriens en Europe coûte 10 fois plus que dans les pays voisins.

Si en Jordanie, 3.000 dollars (2.690 euros) suffisent à nourrir, à loger et à dispenser l'éducation à un réfugié, en Allemagne, il faut débloquer à cet effet 30.000 dollars (26.900 euros).

Cinq ans après le début du conflit en Syrie, les dirigeants du monde entier n'ont toujours pas trouvé le moyen de sortir le pays de l'abîme. Mais s’il y a quelque chose de certain, c’est bien le fait que les efforts déployés par le Royaume-Uni pour aider les réfugiés syriens n'ont pas permis d'obtenir les résultats recherchés. Et ce, en raison de la politique pratiquée par ses partenaires européens, écrit le quotidien britannique The Independent.

Depuis 2012, les gouvernements donateurs et les organisations humanitaires ont dépensé près de 15 milliards de dollars (environ 13,5 milliards d'euros) pour subvenir aux besoins des réfugiés, dont le nombre ne cesse de croître. Le Royaume-Uni a fourni 10% de cette somme, soit beaucoup plus que les autres bailleurs de fonds.

Des pays comme l'Allemagne et la France n'ont pas participé à ces efforts à la hauteur de leurs possibilités. A la différence du Royaume-Uni, elles n'ont pas débloqué suffisamment d'argent pour aider les familles syriennes restées au Proche-Orient après avoir fui les horreurs de la guerre civile.

Résultat? Des centaines de milliers de personnes ont été contraintes de prendre le chemin de l'Europe au péril de leur vie. Et c'est logique, car une fois au Liban, en Jordanie ou en Turquie, les réfugiés n'arrivent pas à trouver du travail et donc à se procurer des moyens de subsistance. Aussi, serait-il naïf de croire que les quatre millions de Syriens qui ont quitté leurs foyers resteront dans des endroits où ils n'ont accès ni au travail ni à l'éducation, explique le journal.

La situation qui règne dans les camps de réfugiés n'incite pas non plus à l'optimisme. Le nombre de jeunes filles contraintes à des mariages précoces ne cesse de croître. Certaines d'entre elles sont âgées de seulement 12 ans. Des violences sexuelles perpétrées à l'encontre des jeunes sont extrêmement fréquentes. Plus de la moitié des enfants réfugiés n'ont jamais fréquenté l'école. Il est aussi à noter que ces camps offrent des conditions propices au recrutement des djihadistes, conclut le quotidien britannique.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

L'UE veut un accord avec Moscou sur la question des migrants
La Suède va expulser des milliers de migrants
Migrants: vive préoccupation de l’Onu suite au projet d'accord UE-Turquie
Alerte à la bombe: l’Arc de triomphe évacué - images
Tags:
crise migratoire, coûts, réfugiés, Proche-Orient, Royaume-Uni, Turquie, Europe, Syrie, France, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook