Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova

    Battez-vous votre femme? Moscou répond aux insinuations de Londres

    © Sputnik. Cyril Kallinikov
    International
    URL courte
    331004

    Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a récemment comparé le retrait des troupes russes de Syrie, très salué, avec "l'éloge d'un mari qui a cessé de battre sa femme". La réponse de la porte-parole officielle du ministère russe des Affaires étrangères ne s’est pas fait attendre.

    Maria Zakharova s'est intéressée à ce sujet sur sa page Facebook: "Monsieur Hammond, c'est quelque chose de votre pratique personnelle? P.S. Ou de nouveau une traduction incorrecte?"

    СМИ: "По словам Хаммонда, приветствовать вывод российских войск из Сирии все равно, что «хвалить мужа, который перестал…

    Опубликовано Марией Захаровой 16 марта 2016 г.

    Mardi dernier, Philip Hammond a déclaré que la décision du gouvernement russe de retirer ses troupes de Syrie pouvait être comparée avec les démarches d'un homme qui a cessé de battre sa femme, indique The Telegraph.

    Le ministre britannique des Affaires étrangères a exhorté la communauté internationale à ne pas saluer la démarche de Moscou, car, selon les estimations de Londres, la population civile aurait souffert des frappes portées par l'aviation russe, bien que le Kremlin ait par le passé réfuté en bloc les informations de genre.

    Moscou a déclaré à maintes reprises que ses frappes aériennes en Syrie ne visaient que des cibles terroristes. Les ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères ne cessaient de demander des preuves confirmant les déclarations sur les victimes parmi la population civile et sur les bombardements d'hôpitaux faites précédemment.

    Lire aussi:

    Ciel ouvert: Moscou riposte aux tentatives US de saper la certification de l'avion russe
    "La Russie se trouve dans une situation d'agression informationnelle"
    Les conservateurs britanniques poussent May vers la sortie
    Tags:
    retrait, Maria Zakharova, Philip Hammond, Royaume-Uni, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik