International
URL courte
Crise migratoire (789)
15719
S'abonner

Les gens descendent dans la rue en accusant l'UE d'inhumanité envers les réfugiés de Syrie et appellent à augmenter le financement destiné au règlement de la crise au Proche-Orient.

Des milliers d'Espagnols ont pris part à de nombreuses actions de protestation en prévision du sommet UE-Turquie portant sur la crise migratoire.

Les protestations se sont déroulées à Barcelone, à Saragosse, à Valence, à Madrid, à Saint-Jacques-de-Compostelle et dans des dizaines de villes espagnoles.

Recep Tayyip Erdoğan
© AP Photo / Rebecca Blackwell
Les protestataires lisaient à haute voix un manifeste signé par de nombreuses organisations non gouvernementales, des syndicats et des partis de gauche.

Selon les organisations signataires du manifeste, l'UE considère les réfugiés comme une monnaie d'échange dans son marché avec la Turquie. Le projet d'accord avec le gouvernement turc révèle de nouveaux problèmes dans la construction européenne car il signifie le renoncement à ses principes fondamentaux dont le respect de l'homme, les libertés, l'égalité et la solidarité, affirment les protestataires.

"Il faut traiter dignement les gens qui fuient les guerres. Si l'UE paie la Turquie, cela n'éliminera pas la menace que courent les réfugiés dans leurs pays", lit-on dans le manifeste.

L'accord négocié avec la Turquie est "une violation du droit international et de la législation européenne", estiment les auteurs du document. Les manifestants dénoncent une attitude "inhumaine" envers les habitants des camps de réfugiés et appellent à augmenter le financement destiné à rétablir la paix au Grand Proche-Orient.

"Nous exigeons de l'UE de remplir ses obligations internationales car les réfugiés ont le droit d'asile dans les pays de l'Union européenne", indique également le manifeste.

Afin de régler ce problème, les protestataires proposent de modifier l'accord de Schengen et le règlement Dublin et accorder l'asile en Espagne non seulement aux personnes qui fuient les territoires en proie à un conflit armé, mais également aux personnes de tous les pays depuis lesquels des flux de migrants se dirigent vers l'Espagne.

L'accord entre l'UE et Ankara sur le règlement de la crise migratoire prévoit que la Turquie ré-accueillera tous les réfugiés qui arriveront en Grèce via le territoire turc. En échange, Ankara obtiendra une accélération des négociations sur l'assouplissement du régime des visas et sur son adhésion à l'UE, et bénéficiera de l'octroi de trois milliards d'euros.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Chypre bloquera l'adhésion de la Turquie à l'UE
Chypre va-t-elle faire échouer l'accord Turquie-UE?
L'UE ne devait pas faire confiance à Erdogan
Crise migratoire: l'accord avec la Turquie risque de mal finir
Tags:
protestations, crise migratoire, migrants, Union européenne (UE), Espagne, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook