Ecoutez Radio Sputnik
    le premier ministre hongrois Viktor Orban

    La Hongrie ferme la quasi-totalité des camps de migrants

    © REUTERS / Laszlo Balogh
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    5411
    S'abonner

    Le gouvernement hongrois compte fermer presque tous les centres d’accueil pour les réfugiés dans le pays, à l’exception de deux camps de migrants, Kormend et Szentgotthard, situés à la frontière autrichienne, rapporte le journal Hungary Today.

    "Le gouvernement hongrois s'apprête à fermer tous les camps de migrants dans l'est et le sud du pays, notamment dans les villes de Kiskunhalas, de Békéscsaba, de Nyírbátor et de Nagyfa. Les centres d'accueil pour réfugiés situés dans les villes de Bicske, non loin de Bucarest, et de Vámosszabadi, à la frontière entre la Hongrie et la Slovaquie, seront également fermés", écrit le Hungary Today.

    "Il suffit de conserver seulement deux camps de migrants, les autres étant actuellement dépeuplés", a souligné de son côté le chef du parti Fidesz-Union civique hongroise, cité par le journal.

    Rappelons que la Macédoine et la Serbie ont récemment fermé leurs frontières à tous ceux qui ne possèdent pas les documents nécessaires pour pénétrer dans l'espace Schengen. Trois pays membres de l'UE — l'Autriche, la Slovénie et la Croatie — ont également annoncé la fermeture de la "route des Balkans". La chancelière allemande Angela Merkel a critiqué cette mesure.

    Le premier vice-ministre grec de l'Intérieur en charge de l'immigration, Ioannis Mouzalas, redoute que suite à la fermeture de "la route des Balkans", un nombre important de réfugiés ne s'accumule sur le sol grec: en mars, ce chiffre pourrait atteindre entre 50.000 et 70.000 personnes.

    La crise migratoire actuelle est l'une des plus graves dans l'histoire contemporaine de l'Europe. Les migrants arrivent dans les pays balkaniques pour ensuite partir pour les pays d'Europe occidentale. L'itinéraire des réfugiés passait par la Hongrie, qui a finalement fermé sa frontière, et les migrants ont commencé à chercher d'autres voies, notamment via la Croatie.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Norvège: les enfants envoyés dans de faux camps de réfugiés
    Quand Shakespeare prônait la clémence à l’égard des réfugiés français
    Les réfugiés syriens coûtent 10 fois plus à l'Europe qu'aux pays voisins
    Tags:
    Balkans, camp de migrants, crise migratoire, Union européenne (UE), Hongrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik