Ecoutez Radio Sputnik
    Policier turc. Archive photo

    Un Britannique expulsé de Turquie pour "propagande terroriste"

    © AP Photo / Murad Sezer
    International
    URL courte
    3011
    S'abonner

    Les autorités turques ont expulsé l'universitaire britannique Chris Stephenson pour "propagande terroriste". Une nouvelle atteinte des autorités turques contre la liberté d'expression, après les attaques contre le journal Zaman et l'agence de presse Cihan, ainsi que l'interdiction de célébrer la fête de Norouz.

    M.Stephenson, qui a vécu en Turquie pendant 25 ans, a été arrêté mardi quand il s'est rendu au commissariat de police pour avoir des nouvelles de ses collègues arrêtés, suite à une lettre ouverte au président du pays. En janvier, ces derniers avaient signé une pétition demandant au président Erdogan d'arrêter l'opération militaire contre les Kurdes dans le sud-est du pays.

    Une fois au commissariat, M.Stephenson a été accusé d'avoir fait de la propagande en faveur des rebelles kurdes, car il avait prétendument diffusé des invitations pour les célébrations de Norouz, fêté par les Kurdes.

    M.Stephenson a déclaré à Sputnik qu'il regrettait d'être forcé de quitter la Turquie, un pays où il a vécu et travaillé pendant des années, à cause d'une simple affichette. Les avocats de l'universitaire envisagent de faire appel de cette décision judiciaire. M.Stephenson, qui a été placé dans un centre pour les réfugies lors de son procès, a quitté la Turquie avec sa famille.

    Selon lui, l'arrestation de trois intellectuels turcs parmi les signataires de la pétition éloigne encore plus la Turquie d'un processus de paix sur son territoire.

    "Je pense que c'est une grande erreur de la Turquie car ils (les scientifiques — ndlr) ont signé afin d'établir la paix. Leur arrestation est un grand retour en arrière sur notre route vers une vie pacifique", a estimé M.Stephenson.

    Il a précisé qu'il ne faisait pas de propagande, qu'il ne s'agissait que de l'invitation d'un parti politique à la fête de Norouz. "J'ai toujours voulu la paix et je me suis toujours prononcé pour la paix", a-t-il souligné.

    Selon le scientifique britannique, l'atmosphère de pression qui règne sur la Turquie aura des effets non seulement sur les cercles scientifiques, mais aussi sur tout le pays. "La Turquie a besoin de paix. Je dis cela en tant que professeur qui a vécu ici pendant 25 ans. J'ai beaucoup fait pour favoriser cela et cela est très important pour moi", a-t-il déclaré.

    M.Stephenson n'envisage pas de quitter la Turquie pour toujours. "Je vais utiliser toutes les possibilités légales afin de rester dans le pays. Mes avocats attendent des explications de la municipalité d'Istanbul. Puis ils s'adresseront au tribunal administratif afin de faire appel".

    La pétition signée par des professeurs d'universités et des académiciens turcs en janvier était très critique à l'égard du président Erdogan. Elle mettait aussi en garde contre le "terrorisme aveugle" du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Selon la pétition, "le régime d'Erdogan, qui cherche à profiter des désordres qu'il a lui-même provoqués dans le pays (et cette situation rappelle celle du coup d'État du 12 septembre 1980), ne pourra pas exercer des pressions dictatoriales sur les académiciens et le peuple turc, qui sont loin de soutenir l'idéologie officielle.

    Lire aussi:

    La Turquie interdit les célébrations de Norouz
    La Turquie change d'ennemis après chaque attentat
    Turquie: un Britannique arrêté pour avoir distribué des tracts pro-kurdes
    Chypre bloquera l'adhésion de la Turquie à l'UE
    Tags:
    propagande terroriste, liberté d'expression, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik