Ecoutez Radio Sputnik
    Le porte-parole du Département d'Etat américain John Kirby

    Les Etats-Unis contre une région autonome kurde

    © AFP 2019 Paul J. Richards
    International
    URL courte
    15321

    Les autorités américaines ont refusé de reconnaître l'autonomie kurde en Syrie suite à la déclaration du parti kurde "Union démocratique" proclamant la création d'une région fédérative sur le territoire sous son contrôle, rapporte Reuters.

    "Je voudrais préciser que nous ne reconnaissons pas une autogestion, ni une autonomie sur les territoires syriens", a déclaré le porte-parole du secrétaire d'Etat américain John Kirby interrogé par un journaliste lors d'un point de presse.

    Auparavant, la décision des Kurdes appartenant à ce parti a été critiquée par Damas, tandis que Moscou s'est prononcé en faveur du règlement de la question de la fédéralisation syrienne par voie de négociations.

    Dans le même temps, le chef de la mission du Kurdistan syrien à Moscou Rodi Osman a déclaré que les Kurdes syriens n'avaient pas l'intention de se séparer de la Syrie.

    "La solution pour la Syrie consiste à rester un Etat unifié avec un système parlementaire multipartite",  a-t-il répondu à la question de savoir si les Kurdes envisageaient de se séparer de la République arabe syrienne dans le cas où ils ne seraient pas invités aux négociations inter-syriennes.

    "Nous nous considérons comme des Syriens, une partie intégrante de la Syrie. Et la solution consiste à  faire de la Syrie un Etat fédératif", a-t-il conclu.

    Turkish President Tayyip Erdogan makes a speech during a meeting in Ankara, Turkey February 17, 2016,
    © REUTERS / Murat Cetinmuhurdar/Presidential Palace
    Le ministère russe des Affaires étrangères insiste à son tour pour que la représentation de l'opposition syrienne et des kurdes dans le dialogue soit complète.

    Par ailleurs, l'"Union démocratique" est écartée du processus de négociations inter-syriennes qui se tiennent actuellement à Genève. La Turquie considère ce parti kurde comme une organisation terroriste. Ankara est allée jusqu'à exhorter à exclure l'"Union Démocratique" du cessez-le-feu. La Russie quant à elle insiste pour que cette force politique participe aux négociations à Genève.


    Lire aussi:

    Erdogan veut priver les députés pro-kurdes de l'immunité parlementaire
    La Syrie peut éclater si les Kurdes continuent à être ignorés
    La Turquie prépare une nouvelle opération contre les Kurdes
    Tags:
    autonomie, fédéralisation, Kurdes, Etat islamique, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik