International
URL courte
L'Etat islamique (2014) (1131)
211729
S'abonner

La Russie est indispensable à l'Occident pour venir à bout de Daech, telle est l'idée qu'a exprimé Nicolas Sarkozy, chef du parti Les Républicains dans un entretien à la chaîne iTélé.

L'ex-président français et leadeur des Républicains, Nicolas Sarkozy, considère que sans la Russie une solution en Syrie est impossible.

"L'Europe et la Russie doivent travailler ensemble et je suis persuadé qu'il ne peut pas y avoir de solution en Syrie sans la Russie", a-t-il indiqué dans un entretien.

En évoquant le conflit dans ce pays proche-oriental et la lutte contre l'organisation terroriste Daech, l'homme politique a regretté l'absence de convergences entre les deux coalitions.

"Je regrette que l'on ne prenne pas les moyens nécessaires pour faire converger les deux coalitions pour additionner les forces de tous les pays pour abattre l'Etat islamique. Le moins que l'on puisse se dire, c'est que les coalitions ne se parlent pas, que la situation ne s'améliore pas suffisamment. La Syrie et le chaos qu'on y voit depuis 4 à 5 ans, on se demande qu'est-ce qu'attendent les grands pays du monde pour rétablir un minimum de paix dans ce pays martyrisé", a souligné M. Sarkozy avant de pointer que "se fâcher contre les Russes" était "une erreur tragique".

"Tout le monde savait que l'on avait besoin des Russes pour gagner", a-t-il déclaré.

En commentant les frappes russes en Syrie, il a attiré l'attention sur le fait que quoi que fasse la Russie, on trouve une raison pour condamner ses actions:

"Quand l'aviation russe intervient on voit tout un tas de commentateurs qui dénoncent cette intervention. Quand monsieur Poutine annonce qu'il va retirer l'aviation russe, on a les mêmes qui disent qu'il a eu tort de les retirer", a expliqué M. Sarkozy.

"Je ne sais pas pourquoi (Poutine a retiré les forces de Syrie, ndlr), je ne lui ai pas parlé, (…) ce que je sais c'est qu'il n'y aura pas de stabilité autour de la Méditerranée tant qu'il y aura l'Etat islamique", a conclu l'homme politique.

La Russie a commencé à retirer ses militaires de Syrie le 15 mars dernier sur décision du président russe Vladimir Poutine. Au cours de l'opération en Syrie, entamée le 30 septembre 2015, les avions russes ont effectué près de 9.000 sorties et détruit des dizaines de milliers de sites de Daech (Etat islamique) et d'autres groupes extrémistes.

Grâce à l'assistance russe, les troupes gouvernementales syriennes ont réussi à reprendre aux terroristes plus de 10.000 kilomètres carrés de territoire, y compris des localités d'importance stratégique, et à réduire l'envergure du trafic de pétrole réalisé par Daech.

Dossier:
L'Etat islamique (2014) (1131)

Lire aussi:

Après la Syrie, Moscou se tourne vers la Tunisie et le Maroc
L'aviation russe en Syrie effectue entre 20 et 25 sorties par jour
Le retrait des forces russes de Syrie catalyse le règlement du conflit
Quand Sarkozy parle de l’opération russe en Syrie, de cinéma, de Trump et autres
La Russie a fait le boulot en Syrie et peut en être fière
Tags:
retrait de l'aviation russe, aviation, coalition, terrorisme, lutte antiterroriste, Front al-Nosra, Etat islamique, Vladimir Poutine, Nicolas Sarkozy, Russie, Méditerranée, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook