Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau serbe

    La Serbie ne se joindra jamais au bal des sanctions antirusses

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)
    851212

    Les autorités serbes ont déclaré que le pays n'introduirait jamais de sanctions à l'encontre de la Russie.

    La Serbie est fermement déterminée à ne pas faire partie de la liste des pays ayant adopté des mesures restrictives à l'égard de Moscou.

    "Le président serbe, le premier ministre serbe et le ministre serbe des Affaires étrangères ont plusieurs fois répété que la Serbie ne se joindrait jamais aux sanctions contre la Russie", a confirmé la première conseillère de la Mission permanente de la Serbie Ana Ilitsch.

    A la veille du deuxième anniversaire de l'adhésion de la Crimée à la Russie, qui a eu lieu le 18 mars, les chefs de la diplomatie européenne ont à nouveau condamné "l'annexion de la Crimée" par la Russie et ont appelé les pays de l'Onu à se joindre aux sanctions.

    "Deux ans après l'annexion illégitime de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol, l'Union européenne défend fermement la souveraineté et l'intégrité de l'Ukraine", avait alors souligné Federica Mogherini, Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères.

    La Crimée est une région russe, et ce sujet ne fait pas l'objet de discussions internationales, a déclaré vendredi 18 mars le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov, commentant l'appel formulé par les chefs de la diplomatie européenne.

    "C'est une région russe. La Russie n'a jamais discuté avec qui que ce soit au sujet de ses régions et ne le fera pas. Cette question ne peut pas faire l'objet de discussions ou de contacts internationaux", a-t-il souligné.

    La Crimée est redevenue russe suite au référendum de mars 2014 à l'occasion duquel la majorité des habitants de la péninsule s'étaient prononcés pour le rattachement à la Russie. Cette consultation populaire a été organisée après le coup d'Etat de février 2014 en Ukraine, quand des politiques solidaires des forces nationalistes, y compris russophobes, sont arrivés au pouvoir à Kiev.

    L'Ukraine considère toujours la Crimée comme son territoire provisoirement occupé. L'Occident n'a pas reconnu non plus les résultats du référendum criméen, en décrétant des sanctions à l'encontre de la Russie et de la Crimée. 


    Dossier:
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)

    Lire aussi:

    La Russie sans la Crimée? La FIFA retire ses t-shirts
    Pour un tiers des Américains et des Européens, la Crimée est russe
    Washington envisage de nouvelles sanctions contre la Russie à cause de la Crimée
    Un manuel cubain attribue la Crimée à la fois à la Russie et à l'Ukraine
    Tags:
    sanctions, Union européenne (UE), Federica Mogherini, Dmitri Peskov, Crimée, Serbie, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik