Ecoutez Radio Sputnik
    Les mots anglais envahissent plus que jamais le français

    Le français cède aux anglicismes: pertes inestimables

    © Photo. Pixabay
    International
    URL courte
    381122

    C'est Molière qui se retourne dans sa tombe: le français parlé n'a jamais sonné plus anglais qu'aujourd'hui, selon une étude.

    Environ 90% des Français parlent "franglais" en utilisant des anglicismes dans leur phrases, selon une nouvelle étude effectuée par le groupe de communication globale Médiaprism et publiée par le journal Le Parisien à l'occasion de la semaine officielle de la langue française qui se termine aujourd'hui.

    "Vous pouvez les aimer ou ne pas les aimer, mais vous ne pouvez pas vous en débarrasser", note Le Parisien en parlant des mots anglais empruntés par les Français.

    "Il n'y avait jamais autant d'anglicisme dans notre vocabulaire, jusqu'à 10%, et ce chiffre augmente de façon exponentielle", a déclaré l'expert de la langue française et professeur Jean Maillet.

    Tous ceux qui côtoient des Français, ou du moins de jeunes francophones, peuvent remarquer à quel point les mots anglais ont investi leurs propos. Plusieurs de ces mots proviennent d'ailleurs des domaines des technologies de pointe et des médias sociaux et sont souvent francisés, par exemple, en y rajoutant la terminaison "–er" des verbes français.

    De plus en plus souvent, on voit apparaître dans notre français des mots et des expressions tels que  “faire le buzz” or working “dans l’open space”, “booster ma carrière”, “bruncher”, “skyper”, “tweeter”, "forwarder",  “liker”, “être un has-been” et “faire son coming out”.        

    M. Maillet explique cette passion des Français pour les anglicismes par une paresse linguistique de ses compatriotes, les mots anglais francisés étant plus court et par conséquent plus faciles à utiliser.

    De plus, l'expert met l'abondance d'anglicisme dans le Français d'aujourd'hui sur le dos de la publicité.

    Selon lui, plusieurs sociétés, comme Renault, utilisent régulièrement des mots anglais dans leurs campagnes publicitaires afin de rendre leurs marques "plus internationales et branchées". Par exemple, la Renault avec son slogan "French Touch" et Air France avec "France in the air".

    Le quotidien Figaro a de son côté mis en ligne une liste de 10 anglicismes qu'il faudrait éradiquer du français.

    ● Backstage

    Rien de tel que commencer par les coulisses pour dénicher les premiers anglicismes. On peut tout aussi bien observer et raconter ce qui se passe derrière le rideau sans reprendre un terme anglo-saxon.

    ● Bankable

    On a oublié ou l'on n'a jamais su que "bancable" existe en français depuis 1877! Il reprend le sens anglophone en l'élargissant à ce qui est "facilement négociable ou ce qui peut être escompté". Afin d'éviter toute confusion orthographique, laissons tomber cet adjectif pour utiliser le mot "rentable".

    ● Bashing

    Si vous souhaitez calomnier, décrier, dénigrer, déprécier, diffamer, discréditer, lyncher, médire, rabaisser, rudoyer, vilipender ou ternir la réputation d'une connaissance, passez directement à l'acte, l'effet sera immédiat.

    ● Burn-out

    Ce symptôme débarquant directement des Etats-Unis, la logique permet à ce terme d'être rapidement repris en France. Mais le surmenage ou "syndrome d'épuisement professionnel" pourrait-il venir de tous ces anglicismes que nous employons au bureau?

    ● Check

    Au lieu d'utiliser sans arrêt ce mot, nous ferions mieux de vérifier et de contrôler nos paroles et nos actes. Sans quoi nous pourrions courir à l'échec, racine étymologique de ce mot anglais.

    ● Deadline

    "La ligne de la mort" représente pendant la guerre de Sécession dans les camps de prisonniers la barrière à ne pas franchir sous peine d'être abattu. Reprise en 1913 dans les rédactions américaines, elle indique le délai à respecter impérativement pour les journalistes.

    ● Flyer

    Issu du verbe "voler", le flyer a toutes les caractéristiques pour disparaître prestement. Alors pour que les prospectus et autres tracts ne s'envolent plus à tout vent, mieux vaut laisser tomber le terme anglais au profit du français.

    ● Name dropping

    Cet anglicisme est l'un des plus snob du répertoire. Il ne sert en effet qu'à susciter l'intérêt et se faire remarquer de ses interlocuteurs en citant nonchalamment un nom connu de tous. Mieux vaut tenter un autre stratagème pour réussir son coup.

    ● Pitch

    Quand on sait que ce terme recouvre dix-sept sens différents dans l'Oxford English Dictionnary sans reprendre la signification qu'on lui donne, il vaut mieux se ressaisir et raconter l'intrigue du roman ou du film que l'on souhaite évoquer.

    ● Stand-by

    Pour finir en beauté et ne pas rester dans l'expectative, reléguez cette expression qui signifie littéralement "se tenir à côté". Utilisée à tort et à travers en français, il vaut mieux se libérer de tous ses anglicismes!


    Lire aussi:

    Les Français invités à être plus courtois au volant
    Les Français détestent leurs bureaux, les Indiens les adorent
    Les erreurs à ne pas répéter dans vos mots de passe
    Tags:
    langue française, anglicismes, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik