Ecoutez Radio Sputnik
    Conseil de sécurité

    Erdogan veut un Conseil de sécurité à 20 et sans membres permanents

    © AFP 2019 UN Photo
    International
    URL courte
    48675

    Le président de Turquie Recep Tayyip Erdogan prône une réforme du Conseil de sécurité de l'Onu prévoyant son extension à 20 pays et l'exclusion des membres permanents.

    "Ce système doit être réformé. Réfléchissez un instant: cinq membres permanents et dix membres non permanents du Conseil de sécurité. Ces derniers exerceront leurs fonctions pendant deux ans. Le Conseil de sécurité de l'Onu comprend la Russie, le Royaume-Uni, la France, les Etats-Unis et la Chine. Il n'y a pas de représentants de l'Afrique. Mais ils doivent être représentés dans cette structure. Il n'y a pas de représentants d'Amérique latine. Du point de vue religieux, parmi ces cinq, il n'y a pas un seul pays musulman, il n'y a pas de bouddhistes. Les 196 pays doivent être représentés à tour de rôle au Conseil de sécurité", a déclaré M.Erdogan cité par l'agence Anadolu.

    Selon lui, il ne doit pas y avoir de membres permanents et non permanents.

    "Le Conseil de sécurité doit réunir 20 pays qui doivent se remplacer constamment", a déclaré le président turc.

    Une représentation du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan comme dirigeant nazi Adolf Hitler
    © AP Photo / Thanassis Stavrakis
    Ensuite il s'en est pris au Conseil de sécurité de l'Onu, pointant Bachar el-Assad toujours au pouvoir en Syrie.

    "Il s'agit de la Syrie où 500.000 personnes ont été tuées. Il y a un Assad féroce qui y a engendré la terreur d'Etat. En réalité, il doit être jugé à La Haye, mais la communauté internationale n'y consent pas encore", s'est-il enflammé.

    Il a ajouté que la Turquie "n'abandonnerait pas à leur sort les Turkmènes syriens vivant le long de la frontière et continuerait de faire tout son possible dans leur intérêt".

    Cet humanisme de M.Erdogan aurait pu susciter une admiration sincère, mais il y a un petit inconvénient, à savoir les atrocités qu'il a initiées à l'encontre les Kurdes.


    Lire aussi:

    Le Canada briguera un siège au Conseil de sécurité de l'Onu
    Réfugiés: le président turc accuse l'Onu d'hypocrisie
    Erdogan se moque de l'Europe
    Cherchez la femme: les raisons de la colère noire d'Erdogan contre Assad et Poutine
    Tags:
    rotation, réformes, Conseil de sécurité de l'Onu, Bachar el-Assad, Recep Tayyip Erdogan, La Haye, Amérique latine, Afrique, Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik