International
URL courte
22540
S'abonner

Les analystes de Stratfor, société privée américaine qui œuvre dans le domaine du renseignement, soupçonnent la Russie de vouloir… garder une présence militaire en Syrie.

Ils ont finalement compris que la Russie n'envisageait pas de retirer toutes ses forces armées de Syrie, une semaine après que le président russe en personne l'a déclaré. Le site web de la compagnie tente de prouver, même en utilisant des images satellite, que la base militaires russes de la province de Lattaquié est en train d'être élargie, tandis que des Su-34 et les Su-35 sont toujours déployés sur les pistes de décollage.

Etonnamment détaillées, les images des bases aériennes de Lattaquié et du port de Tartous, qui datent du 17 mars, montrent que la Russie a retiré plus du quart de son contingent militaire de Syrie. Le 15 mars, trois Su-34 et un avion porteur Tu-154 ont quitté le territoire de la Syrie. Le lendemain, ils ont été suivis par encore 12 avions Su-25 et par des Il-76.

Strafor, retrait des troupes russes
Strafor, retrait des troupes russes
D'autre part, selon les experts de Stratfor, la Russie a déployé des hélicoptères supplémentaires sur ses  bases, y compris des Mi-28 et des Ka-52. Ces hélicoptères peuvent être utilisés tant pour la protection des installations que pour des opérations de sauvetage et de recherche, ainsi que pour fournir un support aérien lors des opérations terrestres.

Strafor, retrait des troupes russes
Strafor, retrait des troupes russes
Stratfor relève également que les militaires russes continuent d'effectuer des raids aériens depuis la déclaration du président Poutine sur le retrait des troupes de Syrie.

On est en droit de se demander si ces gens-là portent la moindre attention à ce que déclare le chef d'Etat russe ou s'ils n'écoutent que la propagande du Pentagone. Le président Poutine n'a jamais déclaré que la Russie allait retirer toutes ses troupes de Syrie.

Le 14 mars, le président russe a déclaré qu'il "ordonnait au ministre de la Défense de commencer le retrait de la plus grande partie du contingent militaire russe de Syrie à partir de mardi (…)."

Stratfor, retrait des troupes russes de Syrie
Stratfor, retrait des troupes russes de Syrie
Toutefois, les "points de déploiement des forces russes – à la base navale syrienne de Tartous et à l'aérodrome de Hmeimim — fonctionneront au même rythme. Ils doivent être bien protégés", a ajouté le chef suprême des Armées russes.

Le président a également indiqué que le nombre de sorties des avions russe a été réduit de deux tiers, ce qui a permis de retirer 75% des forces militaires russes de la République arabe syrienne.  

Il serait bon de rappeler à ces experts que le retrait d'un contingent militaire d'un pays étranger n'est pas quelque chose qui se fait en deux jours.

Fait curieux, on constate une fois de plus que lorsque les Etats-Unis en ont vraiment besoin, leurs services de renseignement leur fournissent très rapidement des images satellitaires de la région en question. Ce qui appelle une question logique: pourquoi  n'a-t-on pas vu des images satellitaires de Stratfor suite au crash du Boieng-777 malaisien (vol MH17), le 17 juillet 2014, lorsque ce dernier a été abattu dans le ciel de l'Ukraine tuant 298 personnes à son bord? N'est-ce pas parce qu'une fois publiées ces photos auraient prouvé que ni la Russie, ni les combattants de la région de Donetsk n'étaient responsables de ce crime?

Le Stratfor a la réputation d'être une sorte de CIA souterraine américaine car elle embauche un grand nombre d'officiers retraités des services spéciaux, tandis que les organes gouvernementaux américains sont ses principaux clients.

 

Lire aussi:

Le retrait des forces russes de Syrie catalyse le règlement du conflit
L'armée russe achevera son retrait de Syrie d'ici "deux à trois jours"
Retrait russe de Syrie: le "top-5" des hypothèses occidentales
Femme poussée dans le métro parisien: «l’auteur de l’agression» interpellé, dit Marlène Schiappa
Tags:
retrait de l'aviation russe, Su-25, Su-35, Stratfor, Vladimir Poutine, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook