Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Après les attaques à Bruxelles, Facebook active le Safety Check

    © AFP 2019 KAREN BLEIER /FILES
    International
    URL courte
    Attentats à Bruxelles (142)
    428
    S'abonner

    Facebook a mis en place un bouton permettant à ses utilisateurs de signaler à leurs proches qu’ils sont en sécurité.

    Le réseau social Facebook a activé aujourd'hui le Safety Check, un service permettant aux utilisateurs bruxellois de rassurer les proches à propos de leur état de santé après la série d'attentats qui ont frappé aujourd'hui la capitale belge. Les utilisateurs peuvent également vérifier si leurs amis ou leurs proches se trouvent dans la zone touchée par les attaques terroristes.

    Le Safety Check permet d'obtenir rapidement les informations nécessaires, de contacter ses amis dans la zone des attentats ou de signaler que ceux-ci sont en sécurité, si la personne possède ces renseignements. Le compte propose également des informations concernant les attentats.

    Facebook a lancé le bouton à la demande des utilisateurs après les explosions qui ont retenti aujourd'hui dans l'aéroport et dans le métro belges. Le réseau social a néanmoins mis du temps avant d'activer la fonctionnalité, ce qui a déclenché les critiques des utilisateurs.

    Deux explosions ont retenti à l'aéroport de Bruxelles mardi, peu avant 8 h du matin. Un peu plus tard, le métro de Maelbeek, proche de la Commission européenne, était lui aussi touché par un attentat. Le bilan continue de s'alourdir et passe à 26 morts et plusieurs dizaines de blessés. 

    Dossier:
    Attentats à Bruxelles (142)

    Lire aussi:

    Attentats dans l'aéroport de Bruxelles
    Le bilan des attentats de Bruxelles s'alourdit à 28 morts
    Attentats de Bruxelles: le renseignement belge aurait été alerté
    15 morts dans les attentats du métro de Bruxelles
    Bruxelles: l'explosion dans le quartier européen provoquée par les démineurs
    Tags:
    attentat, Facebook, Inc, Bruxelles, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik