Ecoutez Radio Sputnik
    Palestine

    Des colons israéliens brûlent la maison du témoin clé de l'incendie criminel de Douma

    © REUTERS / Juan Medina
    International
    URL courte
    Dialogue de paix palestino-israélien (108)
    7115
    S'abonner

    L'incendie criminel qui a eu lieu ce week-end donne du crédit aux déclarations du vice-président des États-Unis Joe Biden. Selon lui, les colonies israéliennes dans les territoires occupés renforcent les tensions avec les Palestiniens.

    Dimanche, lors d'un discours prononcé devant l'American Israel Public Affairs Committee (Comité américano-israélien pour les affaires publiques), le vice-président des États-Unis Joe Biden a demandé à Israël de mettre fin à toute activité de colonisation sur le territoire palestinien en vue de favoriser la consolidation de la paix dans la région.

    Le même jour, le Centre palestinien d'information (CPI) a rapporté que des suspects israéliens avaient brûlé la maison d'Ibrahim Dawabsheh, le témoin clé de l'incendie criminel de Douma.

    Un correspondent du CPI a déclaré que dans la nuit, deux suspects non-identifiés ont jeté deux cocktails Molotov dans la maison de M.Dawabsheh afin de tenter de le brûler vif avec sa femme.

    Ibrahim Dawabsheh et son épouse ont été emmenés en urgence à l'hôpital. Ibrahim est un témoin clé de l'incendie criminel de Douma, qui a eu lieu le 31 juillet 2015, tuant un bébé, Ali Dawabsheh, âgé de dix-huit mois, et ses parents Saad et Reham Dawabsheh. Le seul survivant de cet incendie est Ahmad Dawabsheh, un enfant de cinq ans qui suit toujours un traitement pour ses brûlures.

    Ghassan Daghlas, responsable au sein de l'Autorité palestinienne pour le nord de la Cisjordanie occupée où se trouve Douma, a déclaré que l'attentat commis sur la maison d'Ibrahim Dawabsheh présente des similitudes avec celui qui a eu lieu dans la maison de Saad et Reham Dawabsheh, lorsque presque toute la famille a été brûlée vive.

    Un spécialiste du CPI a déclaré que cet incendie criminel visait à semer la terreur et à forcer Ibrahim Dawabsheh à retirer son témoignage sur le crime de Douma. L'attaque contre sa maison a été commise au moment même où une audience pour le principal suspect israélien, Amiram Ben-Uliel, se tenait. Cependant, les dirigeants israéliens ont qualifié l'incendie de Douma de "terrorisme" et ont promis de traduire les coupables en justice.

    Le groupe israélien B'Tselem (centre israélien d'information pour les droits de l'homme dans les territoires occupés, ndlr) a vertement critiqué la réaction des fonctionnaires israéliens, la qualifiant de "discours creux".

    L'attentat de Douma a coûté la vie à presque tous les membres de la famille d'Ahmad Dawabsheh et a provoqué un tollé international, pointant l'échec d'Israël à maîtriser les colons et les extrémistes juifs responsables d'attentats contre les Palestiniens. Fin 2015, plusieurs Israéliens ont été arrêtés suite à l'incendie meurtrier de Douma.

    Dossier:
    Dialogue de paix palestino-israélien (108)

    Lire aussi:

    Israël pulvérise des herbicides pour détruire des cultures à Gaza
    Un rapporteur spécial de l'ONU fustige les violations des droits de l'Homme en Israël
    Paris ne reconnaîtra pas automatiquement un État palestinien si son initiative échoue
    Le son P, obstacle insurmontable à l’indépendance palestinienne?
    Tags:
    incendie criminel, terrorisme, cocktail Molotov, Palestine, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik