Ecoutez Radio Sputnik
    le camp de migrants «jungle» à Calais

    "Jungle" de Calais: environ 1.500 migrants partis en centres ont demandé l'asile

    © AFP 2018 Phillippe Huguen
    International
    URL courte
    Crise migratoire (785)
    0 011

    Environ 1.500 migrants de Calais ayant accepté de quitter la "Jungle" pour partir dans des centres d'accueil et d'orientation (CAO) ont demandé l'asile, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur.

    Au 29 février, "plus de 1.500 personnes mises à l'abri (…) ont été orientées vers la procédure de demande d'asile", selon un décompte présenté par le ministère de l'Intérieur et celui des Affaires sociales lors d'une réunion lundi avec les associations.

    A cette date, "68 % des migrants présents en CAO étaient engagés dans une démarche de demande d'asile", indique le communiqué.

    L'État a terminé à la mi-mars le démantèlement de la partie sud du bidonville de Calais, une zone comptant 800 à 1.000 migrants selon la préfecture, 3.450 selon les associations, rapporte l`AFP.

    Des maraudes sociales avait été menées sur le campement pour convaincre les migrants de rallier l'un des 112 CAO disséminés en France, ou de rejoindre dans un premier temps le Centre d'accueil provisoire (CAP) composé de 125 conteneurs chauffés installés au centre de la "Jungle".

    "Au 21 mars, ce sont au total 3.215 personnes qui se sont vu proposer et ont accepté" de partir en CAO, indique le communiqué, précisant un total donné il y a quelques jours.

    Les pouvoirs publics précisent que "de moins en moins de migrants quittent les CAO sans solution", puisque cette situation a concerné "22% des entrées" intervenues entre le 27 octobre et le 29 février.

    Début mars, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait chiffré à 25% environ le taux de taux de fuite des migrants quittant les centres dès leur arrivée.

    Alors que des interrogations subsistent sur l'avenir de ces centres au-delà de la trêve hivernale, le 31 mars, l'État a souligné lors de cette réunion sa "volonté de maintenir ce dispositif pour permettre à tout migrant qui le souhaite à Calais ou Grande Synthe de trouver en France une solution d'hébergement adaptée à ses besoins et à ses droits".

    Dossier:
    Crise migratoire (785)

    Lire aussi:

    Le démantèlement de la "jungle" de Calais dégénère en affrontements
    "Jungle" de Calais: début de l'enlèvement des abris de la zone sud du camp
    "Jungle" de Calais: la justice ordonne l'évacuation partielle
    Calais: 4 manifestants interpellés lors d'un rassemblement interdit
    Tags:
    crise migratoire, Calais
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik