Ecoutez Radio Sputnik
    Manuel Valls

    Valls: "Nous avons fermé les yeux sur la progression de l’extrémisme"

    © REUTERS / Charles Platiau
    International
    URL courte
    Menace terroriste en Europe (341)
    58232

    Réagissant aux attentant de Bruxelles, M. Valls a dénoncé l’ampleur de la menace terroriste et appelé à renforcer en urgence le contrôle aux frontières de l’UE.

    Au lendemain des attentats qui ont frappé la capitale belge, le premier ministre français Manuel Valls a déclaré que partout en Europe et en France, "on a fermé les yeux" sur la progression des "idées extrémistes du salafisme".

    "On a fermé les yeux, mais partout en Europe et aussi en France, sur la progression des idées extrémistes du salafisme dans des quartiers qui à travers ce mélange de trafics de drogues et d'islamisme radical ont perverti (…) une partie de la jeunesse", a dit Manuel Valls qui était interrogé sur des propos du ministre des Finances, Michel Sapin, parlant, selon plusieurs médias, de la "naïveté" des autorités belges face au phénomène de la radicalisation islamiste.

    Selon le chef du gouvernement français, plus d'une trentaine de personnes ont été identifiées comme liées aux attentats de Paris. Cependant, il est trop tôt pour indiquer si ces gens sont également liés aux auteurs des attentats de Bruxelles.

    "A ce jour, plus d'une trentaine de personnes ont été identifiées comme liées aux attentats de Paris. Onze sont décédées, douze sont sous les verrous, d'autres sont recherchées. Certaines figuraient-elles parmi les attentats de Bruxelles? Nous le verrons. L'enquête en fera la démonstration", a précisé Manuel Valls sur Europe 1.

    "Ces attentats sont organisés depuis la Syrie, planifiés depuis la Syrie, avec une base, c'est évident, à la fois en Belgique mais bien sûr aussi en France", a-t-il indiqué.

    Afin de contrer la menace terroriste, l'UE doit selon M.Valls renforcer en urgence le contrôle de ses frontières extérieures. Par ailleurs, le chef du gouvernement français a réclamé l'adoption rapide du PNR ("passenger name record", fichier européen pour une traçabilité des passagers aériens), projet qui devrait permettre d'obtenir des informations sur les départs des ressortissants européens soupçonnés de vouloir rejoindre les mouvements djihadistes en Syrie et en Irak, et informer les Etats de leur retour.

    "Il y a urgence à adopter le PNR. Il y a aussi urgence à renforcer le contrôle des frontières extérieures de l'Union européenne. Ce sont les propositions françaises depuis des mois", a déclaré le premier ministre cité par l'AFP.

    "Il y a enfin urgence à ce que plus personne ne puisse passer avec des faux papiers, parce que nous savons que Daech (l'organisation Etat islamique, ndlr) a volé de grandes quantités de passeports en Syrie. Cela suppose que ces fichiers soient parfaitement vérifiés, recoupés. Là-aussi la France a pris ses responsabilités, fait des propositions", a poursuivi M.Valls.

    En outre, selon Manuel Valls, "il faut sans doute que les condamnations" pour terrorisme "soient encore plus lourdes".

    Dans ce contexte, le premier ministre français a exprimé son espoir que le Sénat se rangerait à l'avis de l'Assemblée nationale sur la question de la déchéance de nationalité, après l'adoption par le Sénat d'une version modifiée de la révision constitutionnelle, qui obère les chances de réunir le Congrès.

    "Est-ce qu'un Français qui tue d'autres Français, qui s'en prend à ses compatriotes, à nos valeurs, à notre mode de vie, peut rester Français? Ma réponse est non. Et je suis convaincu que c'est aussi celle aussi des Français", a conclu M.Valls.

    Dossier:
    Menace terroriste en Europe (341)

    Lire aussi:

    Attentats de Bruxelles: arrestation du "troisième homme", selon les médias
    Un engin explosif bourré de clous découvert à Bruxelles
    Attentats de Bruxelles: deux terroristes identifiés
    Les migrants solidaires avec Bruxelles
    Tags:
    terrorisme, extrémisme, attentat, Union européenne (UE), Etat islamique, Michel Sapin, Manuel Valls, Bruxelles, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik