Ecoutez Radio Sputnik
    Le parti national-démocrate allemand (NPD)

    Un leader néonazi sauvé par ceux qu’il qualifie de "primates hors-la-loi"

    © Flickr / Tetedelacourse
    International
    URL courte
    Crise migratoire (784)
    16157

    Ironie du sort, des réfugiés syriens ont porté les premiers secours au leader du Parti National-Démocrate allemand (NPD), considéré en Allemagne comme un parti ultranationaliste.

    La voiture du responsable politique Stefan Jagsch, âgé de 29 ans, a quitté la route et percuté un arbre. Au même moment, deux autobus transportant des réfugiés syriens passaient par là.

    Thomas de Maizière
    © REUTERS / Hannibal Hanschke

    D'après Spiegel Online, les migrants ont réussi à extraire l'homme gravement blessé de sa voiture accidentée et lui ont prodigué les premiers soins. Bild explique que M. Jagsch s'est cassé les jambes et blessé au visage dans l'accident. 

    Le représentent régional du NPD, Jean Christoph Fiedler, a déclaré au Frankfurter Rundschau Daily que les réfugiés "ont fait un très beau geste humain."

    Stefan Jagsch est le leader du parti national-démocrate allemand (NPD). En Allemagne, ce parti est souvent appelé l'héritier du Parti nazi (NSDAP), il est également soupçonné d'avoir des liens avec des groupuscules nazis. En conséquence, la Cour constitutionnelle allemande étudie depuis le 1er mars une demande d'interdiction du NPD, une démarche qui devrait prendre plusieurs mois. Une précédente tentative avait déjà échoué en 2003.

    Coco Chanel
    East News/Boris Lipnitzki

    Stefan Jagsch a présenté sa candidature aux élections régionales dans la ville d'Altenstadt à Hesse, il a obtenu quelque 10% des votes. Sur son compte Facebook, Jagsch avait souvent posté des messages comme "stoppez le déluge de réfugiés" ou encore "l'intégration est un génocide." Pire encore, lors d'un rassemblement anti-immigrés en janvier dernier, il avait qualifié les réfugiés de "primates hors-la-loi".

    Dossier:
    Crise migratoire (784)

    Lire aussi:

    Attentats de Bruxelles: les réactions des hommes politiques
    Trump et Clinton gagnent les voix mais pas les cœurs
    Trump aussi dangereux que les islamistes?
    Les candidats à la présidentielle US doivent-ils retourner à l’école?
    Tags:
    migrants, réfugiés syriens, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik