Ecoutez Radio Sputnik
    Des policiers belges en patrouille à Bruxelles après les attaques terroristes du 22 mars

    Bruxelles, citadelle du terrorisme islamiste, selon un expert allemand

    © REUTERS / Benoit Tessier
    International
    URL courte
    Attentats à Bruxelles (142)
    14912

    Bruxelles - et les services de sécurité le savent bien - est depuis longtemps un bastion du terrorisme islamiste, affirme le journaliste allemand Rolf Tophoven, un des experts européens les plus réputés en la matière.

    "Il existe un lien étroit entre les attentats du 13 novembre dernier à Paris et les attaques perpétrées mardi à Bruxelles. La capitale belge, surtout son quartier de Molenbeek, constitue une tête de pont servant à préparer et à perpétrer des attentats. Depuis plusieurs années, ce quartier abrite un centre islamiste où la présence terroriste est très importante", a déclaré Rolf Tophoven.

    Selon lui, les terroristes cherchent à déstabiliser la société, car ils sont parfaitement conscients que leurs attaques font naître un sentiment d'incertitude.

    "Ils veulent provoquer la panique et l'hystérie, paralyser la vie sociale", affirme l'analyste.

    Il estime cependant qu'il faut distinguer les musulmans qui vivent paisiblement en Belgique de la minorité radicale qui exploite l'Islam pour atteindre ses objectifs.

    "Bien que l'Islam ne soit pas à l'origine du terrorisme, cette religion est utilisée pour semer la terreur et la mort", constate l'expert.

    D'après lui, l'Allemagne figure également parmi les cibles des djihadistes. "Après les attentats de Bruxelles, il ne faut surtout pas exclure la possibilité d'une attaque en Allemagne", affirme Rolf Tophoven.

    Il a en outre signalé le "travail insuffisant des services de sécurité belges".

    "Il existe des bases de données communes, mais elles ne sont pas mises à jour. L'Allemagne a déjà dénoncé le fait que sur les 28 pays membres de l'UE, il n'y a que cinq pays qui informent régulièrement la communauté européenne des déplacements effectués par les terroristes. Il faut en finir avec cette pratique. Si l'on veut combattre le terrorisme, on doit le faire de manière conséquente. La mise à jour des données utilisées par les services de sécurité doit dépasser le cadre des frontières nationales. Espérons que les attentats de Bruxelles amèneront les services de sécurité à revoir leur mode de travail", a indiqué l'analyste.

    Il a dans le même temps mis en garde contre toute tentative de confondre réfugiés et terroristes.

    "Cependant, les services de sécurité doivent chercher à enregistrer toute personne qui arrive en Europe pour empêcher les terroristes de pénétrer en Europe en se faisant passer pour des réfugiés", a conclu Rolf Tophoven.

    Dossier:
    Attentats à Bruxelles (142)

    Lire aussi:

    Attentats de Bruxelles: les Européens doivent "cesser d'être naïfs"
    Les migrants solidaires avec Bruxelles
    Attentats de Bruxelles: l'avenir de l'UE est en jeu
    Tags:
    services de sécurité, attentat, Union européenne (UE), Rolf Tophoven, Paris, Allemagne, Bruxelles, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik