Ecoutez Radio Sputnik
    Radovan Karadzic

    Condamnation de Karadzic: les proches s’insurgent

    © REUTERS / Robin van Lonkhuijsen/Pool
    International
    URL courte
    26148

    Le frère de l’ancien chef politique des Serbes de Bosnie et lа successeur de Radovan Karadzic à la tête de l'entité serbe de Bosnie pointent les incohérences dans le verdict du TPIY.

    Biljana Plavsic, ancienne présidente de la République serbe de Bosnie estime que Radovan Karadzic sortira de prison vivant, comme elle il y a 6 ans.

    "J'ai été condamnée à 11 ans de prison, et je ne croyais pas que j'en sortirai vivante", a avoué à Sputnik Mme Plavsic, qui avait succédé en 1996 à Radovan Karadzic à la tête de l'entité serbe de Bosnie.

    Accusée en 2001 par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de génocide et de violation des droits et des coutumes de guerre pour la période entre 1992 et 1995, elle a bénéficié en 2009 d'une remise en liberté anticipée.

    Commentant l'accusation qui impute à Radovan Karadzic la responsabilité du génocide de Sarajevo, Biljana Plavsic explique:

    "Lors d'un génocide, les femmes et les enfants sont tués, mais moi ce n'est pas ce que j'ai vu, ils ont été au contraire sauvés".

    Selon Mme Plavsic, le Tribunal n'a rien à voir avec la justice. Quant au rôle des États-Unis dans les événements survenus en Bosnie, Biljana Plavsic estime que Washington, qui soutenait les musulmans bosniaques, "ne reconnaitra jamais ses fautes, comme tout pays qui a pour habitude de tout régler par la force".

    Luka Karadzic, frère de Radovan Karadzic, conteste lui aussi le verdict, soulignant le manque de logique dans les démarches du Tribunal.

    Radovan Karadzic
    © REUTERS / Robin van Lonkhuijsen/Pool
    "La motivation du verdict n'est pas claire. Le verdict en soi n'est pas clair, mais la motivation, c'est une catastrophe. S'il est possible de choisir une sanction en fonction de celle-ci, cela montre encore une fois comment fonctionne ce tribunal", indique-t-il à Sputnik.

    "C'est incroyable, d'abord le Tribunal stipule qu'un sniper des musulmans bosniaques a tiré sur ses propres concitoyens à Sarajevo afin de provoquer une intervention internationale visant les Serbes bosniaques, et puis il statue que les Serbes ont fait la même chose", s'étonne Luka Karadzic.

    Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de La Haye (TPIY) a rendu ce jeudi son verdict contre Radovan Karadzic, ancien chef politique des Serbes de Bosnie, jugé pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. L'ancien responsable politique a été reconnu coupable de génocide, et condamné à 40 ans de prison.

    Lire aussi:

    Radovan Karadzic : «Les humanistes font avec les gens ce que les végétariens font avec les légumes»
    Procès de Karadzic: poursuite des audiences décidée d'ici la fin de la semaine (TPIY)
    TPIY: les Serbes ont tout fait pour sauvegarder la paix (Karadzic)
    Tags:
    condamnation, Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), Radovan Karadzic, République serbe de Bosnie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik