Ecoutez Radio Sputnik
    Un soudeur

    La République tchèque fait les yeux doux aux ouvriers ukrainiens

    © Sputnik. Evgeny Odinokov
    International
    URL courte
    11410

    Les compagnies tchèques manquent de travailleurs à basse et moyenne qualification. Pour combler ce vide, le gouvernement envisage d'inviter des Ukrainiens.

    La République tchèque fait face à un manque de plombiers, de soudeurs, de serruriers et d'outilleurs-ajusteurs, rapporte Radio Praha. Les bureaux de placement auxquels s'adressent les employeurs s'avèrent impuissants à répondre à la demande. Aussi les autorités proposent-elles d'inviter les spécialistes manquants d'Ukraine.

    En novembre dernier, le pays a commencé à inviter des spécialistes avec des diplômes d'études supérieures. A présent, le projet de loi ad hoc est doté d'amendements visant à élargir cette liste en y incluant des personnes sans formation supérieure.

    Selon les sondages, 37% des entreprises sont prêtes à engager des étrangers qui ne parlent pas tchèque. Dans le cas des Ukrainiens, cette barrière linguistique est plus basse, en raison de la proximité culturelle des deux peuples.

    Comment se fait l'invitation des Ukrainiens? La compagnie tchèque intéressée peut, par exemple, publier une annonce sur les sites internet spécialisés. Ensuite, la sélection des candidats se fait à l'aide d'interviews vidéo.

    Les entreprises tchèques recherchent essentiellement des spécialistes dans les domaines techniques. Pour l'instant, seules 15 demandes de permis de travail pour des diplômés ukrainiens ont été approuvées. Mais la demande de personnel à basse et moyenne qualification augmente constamment.

    La République tchèque recherchant entre 25.000 et 30.000 spécialistes techniques, les autorités envisagent d'engager 5.000 Ukrainiens.

    Lire aussi:

    Prague prépare ses forces de l’ordre à une augmentation du nombre de migrants
    La République tchèque: pays de transit des djihadistes
    Un Brexit pourrait inspirer un éventuel "TchèquExit"
    Effet domino? Un nouveau pays de l’UE s’élève contre les sanctions antirusses
    Tags:
    emploi, Ukraine, République tchèque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik