International
URL courte
26961
S'abonner

L'armée irakienne, soutenue par les unités de Peshmergas kurdes, a libéré de nouvelles localités situées au sud et à l'est de Mossoul, la capitale de la province de Ninive, selon les médias locaux.

Quatre localités dont Tal al-Shair, Dwaizat, Al Makuk et Sultan Abdullah ont été reprises aux djihadistes de Daech par l'armée irakienne soutenue par les milices locales, a annoncé vendredi le maire de Mossoul Hussein Ali Khajem.

​"Les forces armées libèrent activement de la présence des djihadistes les villages situées entre le Grand Zab et le Petit Zab (fleuves dans le nord de l'Irak, ndlr) et progressent vers l'ouest de Mossoul", a indiqué le maire.

Pour leur part, les détachements des Peshmergas kurdes procèdent à la libération de territoires à l'est de Mossoul, essayant d'encercler avec les autres militaires les djihadistes de Daech qui contrôlent la ville.

Selon le maire, les Peshmergas progressent sûrement, mais lentement, car ils se heurtent à de nombreux contingents de Daech qui freinent leur mouvement par des attaques de tireurs d'élite et des attentats-suicides.

"L'offensive des forces irakiennes force les djihadistes à fuir les territoires occupés pour  atteindre le village de Tal Abta, près de la frontière avec la Syrie et se réfugier ensuite dans les territoires sous contrôle de Daech. Ils redoutent de regagner Mossoul, l'aviation frappant activement leurs sites", a précisé le responsable.

Le 24 mars, l'Irak a annoncé le lancement de l'opération Fath visant à libérer la ville de Mossoul, prise par les djihadistes de Daech en 2014.

Lire aussi:

L'Irak utilisera de nouvelles armes pour reprendre Mossoul à Daech
L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
Tags:
offensive, Etat islamique, Mossoul, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook