International
URL courte
4310
S'abonner

Aux Etats-Unis, un tribunal de district a condamné un habitant du Wisconsin à trois ans de prison pour avoir manifesté l'intention de tuer le président Barack Obama, communique vendredi 25 mars Associated Press.

Selon Associated Press, l'enquête a établi qu'en juin 2015 l'habitant de la ville de Tomah Brian Dutcher, 55 ans, avait annoncé sur Facebook qu'il irait à La Crosse pour "accomplir son devoir constitutionnel" et tuer Obama au cours de sa visite du 2 juillet. En outre, le 1er juillet, il a fait part de son intention à un gardien de la bibliothèque publique de La Crosse.

En vertu de la sentence du tribunal, après avoir purgé sa peine de prison, Brian Dutcher sera placé pour trois ans sous surveillance judiciaire.

Le 23 mars, l'habitant de Cleveland Jonathan Smead (35 ans) a été accusé d'avoir menacé de tuer Barack Obama et la candidate à la présidence Hillary Clinton. L'homme a annoncé son intention dans un appel placé le 28 février à l'antenne locale du Secret Service.

Il a déclaré au cours de l'interrogatoire n'avoir aucune intention de faire du tort ni à Obama ni à Clinton et que pendant son appel téléphonique il buvait de la bière et regardait la télé.

Le 6 juillet 2015, des accusations similaires ont été adressées à Andrew O'Keefe, 28 ans, qui avait annoncé son intention sur le site du FBI et avait demandé d'envoyer des agents du Secret Service pour l'aider à réaliser son projet. Selon son père, Andrew O'Keefe était atteint d'un trouble bipolaire et ne prenait pas de médicaments.


Lire aussi:

Au tribunal pour maltraitance envers… 113 chats
Obama distribue des accusations : une pour Sarkozy, une pour Cameron
Une fan du président US change son nom en Mme Obama
Une station de bus à Moscou sera privée d'une affiche représentant "Obama-assassin"
Obama bientôt jugé comme criminel de guerre?
Tags:
United States Secret Service (USSS), menaces, meurtre, FBI, Hillary Clinton, Barack Obama, Cleveland, Wisconsin, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook