International
URL courte
32117
S'abonner

40% du territoire irakien a été repris au groupe Etat islamique au cours des opérations aérienne et au sol, a déclaré le président américain Barack Obama dans son message hebdomadaire à la nation.

"L'opération aérienne et le soutien accordé aux forces combattant Daech au sol en Irak et en Syrie nous ont permis de reprendre à Daech environ 40% de son territoire", a déclaré le président américain.

Selon lui, les Etats-Unis étaient disposés à éradiquer l'Etat islamique, et ils ne renonceront pas à cet objectif.

"Nous continuerons de combattre l'EI jusqu'à le détruire sur ses bases", a-t-il précisé dans son message consacré à la lutte contre le groupe terroriste.

En Irak, la situation reste tendue quant à l'activité du groupe radical Etat islamique. En trois ans les terroristes sont parvenus à s'emparer de territoires importants en Irak et en Syrie.

Un front anti-EI uni n'existe pas: le groupe est combattu par les forces gouvernementales de Syrie et d'Irak, par la coalition internationale conduite par les Etats-Unis (qui effectue uniquement des frappes aériennes), ainsi que par les Kurdes et les milices chiites irakiennes et libanaises.

Vendredi 25 mars, la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis a porté des frappes aériennes dans les provinces irakiennes de Kirkouk et de Ninive, ayant abattu au moins 75 combattants de l'Etat islamique. 

Entre-temps du 20 au 23 mars, les forces aérospatiales russes ont réalisé 41 sorties dans la région de Palmyre, portant 146 frappes contre les sites militaires des islamistes, rapporte jeudi 24 mars le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie. 

Lire aussi:

Daech se retire d'une ville dans l'ouest de l'Irak
Obama n'est "pas sérieux" à l'égard de Daech
Les F-16 belges frapperont à nouveau Daech en Irak
A Mossoul, l’armée irakienne passe à l’action face à Daech
Tags:
lutte antiterroriste, frappe aérienne, djihadisme, Etat islamique, États-Unis, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook